NEWS

Festival

Festival de Cannes 2020 : annonce de la sélection de films "labellisés"

3 juin 2020
Festival de Cannes 2020 annonce sélection des films labellisés images
© Festival de Cannes

Depuis la scène du cinéma UGC Normandie, Laurent Veil, Pierre Lescure et Thierry Frémaux dévoilent les 56 films qui constituent la sélection du Festival de Cannes 2020, qui seront accompagnés en salles, dans des Festivals (dont beaucoup d’avant premières au Festival Lumière, et certains en compétition à Toronto et San Sebastian notamment). Aperçu des troupes (mise à jour de l'article en cours).

Les fidèles de Cannes

Wes Anderson, avec "The French Dispatch" film tourné à Angoulême (lapsus de Thierry Frémaux indiquant initialement « à Lyon », puisque le film sortira en plein festival Lumière, où il sera sans doute présenté) entre BD, animation et live, en forme d’hommage au journalisme. François Ozon dont le film "Été 85" sortira finalement le mercredi 15 juillet. "True Mother" de Naomi Kawaze, film sur l’adoption. Steve McQueen avec deux films historiques, dont l’un traite du harcèlement des noirs "Mangrove" et "Lovers Rock". "Druk" ou la crise de la cinquantaine selon Thomas Vinterberg (sans doute au Festival Lumière également puisqu’il sortira le 14 octobre). "Last Word" de Jonathan Nossiter, une fiction évoquant la fin du monde. Le nouveau long de Maïwen "ADN" sur son retour à ses racines. "Heaven" de Im Sang-soo, buddy movie coréen. Fernando Trueba, "El olvido que seremos" film sur l’oubli. Le nouveau Lucas Belvaux, "Des hommes" avec Gérard Depardieu, sur des soldats ayant fait la guerre d’Algérie et revenus changés. "In the dusk" de Charunas Bartas. Le très attendu film coréen "Peninsula", suite de "Dernier train pour Busan" et donc histoire de zombies.

Les nouveaux venus

"The Real Thing", le film de près de 4 heures du japonais Koji Fukada, réalisateur d’ "Harmonium". Côté français "Passion simple" de Danielle Arbid, "A Good Man" de Marie-Castille Mention-Schaar, ou le nouveau Emmanuel Mouret "Les Choses qu’on dit, les choses qu’on fait" pour la première fois en sélection, "Un médecin de nuit" avec Vincent Macaigne dans un Paris qu’on ne soupçonne pas, et, réelle curiosité, un film de loup garou avec Anthony Bajon ("Teddy").

A noter aussi un film sur la jeunesse égyptienne "Souad", un film anglais de Ben Sharrock dans le style de Roy Andersson ("Limbo"), "Here we are", film israélien, "Sweat" de Magnus Von Horn, "Rouge" avec Sami Bouajila en responsable syndicat dont la fille est engagée dans son entreprise, "Février", film bulgare ou encore "Ammonite" de Francis Lee avec Kate Winslet.

"Enfant terrible", film allemand sur Fassbinder, la présence de Pascal Plante réalisateur canadien avec "Nadia, Butterfly", sur une championne qui se demande ce qu’elle va devenir, et enfin un film à sketches produit par Johnny To sur l’histoire de Hong-Kong intitulé "Septet : the Story of Hong-Kong", réalisés par Ann Hui, Johnnie To, Tsui Hark, Sammo Hung, Yuen Woo-Ping et Patrick Tam.

Les premiers films

Viggo Mortensen a réalisé "Falling", film qui était en clôture du festival de Sundance, la réalisatrice suédoise Ninja Thyberg propose "Plaisir", sur une jeune fille devenant superstar de l’industrie pornographique, un film qualifié de « très dérangeant ». Malaise aussi en perspective avec le film de Charlène Favier, sur l’emprise d’un entraîneur peut avoir sur une athlète "Slalom".

Figurent également en sélection, "Striding Into the Wind", film sur la jeunesse chinoise signé Wei Shujun, un film brésilien "Casa de antiguidades", "Broken Keys", film libanais, sur fond d’influence de Daesh, "Ibrahim" du comédien Samir Guesmi. Pascuale Sisto, artiste plastique, a quant à lui réalisé "John and the Hole".

Parmi les documentaires, "La Mort du cinéma et de mon père" venu d’Israël, et "Gagarine", vision particulière de la cité du même nom, aujourd’hui détruite. Les Français ne seront pas en reste, avec "16 printemps" film très personnel tourné à Paris par Suzanne Lindon, "Vaurien" avec Pierre Deladonchamps, un film d’errance, le premier long de Nicolas Maury acteur dans la série "Dix pour cent", intitulé "Garçon chiffon", ou encore "Si le vent tombe" avec Grégoire Colin, sur la réouverture d’un aéroport local.

Des documentaires

Le festival comme chaque année mettra en avant aussi des documentaires, dont accueillera également comme "En route pour le milliard", film congolais, "Chasseurs de truffes" film américain qui se passe en Italie, sur des passionnés se répartissant notamment les territoires pour trouver les meilleurs truffes, ou encore "9 jours à Raqqa" sur l’histoire de deux femmes, sur fond de libération de la ville par les Kurdes.

Les comédies

Les comédies seront aussi sous les feux des projecteurs, avec "Antoinette dans les Cévennes", avec Laure Calamy, "Les Deux Alfred" de Bruno Podalydès, qui raconte le monde du travail contemporain, dans lequel il joue avec son frère, "Un triomphe" feel-good movie avec Kad Merad en acteur de théâtre déchu, enseignant en prison (un film produit par Robert Guédiguian). Également au programme, "Le Discours" de Laurent Tirard avec Benjamin Lavernhe et "L’Origine du monde", premier film de Laurent Lafitte avec un casting quatre étoiles.

Des films d’animation

Enfin les films d’animation ne sont pas en reste, avec des œuvres éclectiques. Il s’agit de "Earwig and the Witch" de Goro Miyazaki, fils de Hayao, pour le Studio Ghibli, "Flee" film danois de Jonas Poher Rasmussen, "Josep", film français au trait si particulier de Aurel, dont l’action est située pendant la guerre d’Espagne, et finalement le très attendu "Soul" (sur le jazz) de Disney / Pixar, qui sortira finalement en novembre.

 

Olivier Bachelard Envoyer un message au rédacteur
Source :