Banniere_Festival_Lumiere_2020

NEWS

Festival

Festival de Cannes 2019 : "Vivarium", flippant essai formel en manque de sens

20 mai 2019
Festival de Cannes 2019 impression Vivarium image
© The Jokers

Semaine de la critique
VIVARIUM
de Lorcan Finnegan
avec Imogen Poots, Jesse Eisenberg, Eanna Hardwicke, Jonathan Aris...

Jessie Eisenberg ("The social network", "Night moves") et Imogen Poots ("Broadway Therapy", "Green Room") sont les héros de ce film fantastique présenté en compétition à la Semaine de la critique, dont le pitch était des plus intrigants. Recherchant un logement, une institutrice et un jardinier se retrouvent face à un agent immobilier bien étrange, dont ils acceptent finalement l'invitation à visiter une maison dans un lotissement situé en banlieue, « ni trop loin, ni trop près ». Mais une fois arrivés dans ce lieu où toutes les maisons sont identiques, ce dernier les laisse seul et ils seront incapables de sortir du quartier, retombant sans arrêt sur la maison qu'ils viennent de visiter.

À partir de la parabole du coucou, expulsant tout autre occupant du nid et exploitant ses parents de substitution, montré dans une scène d'introduction, Lorcan Finnegan tente un développement terrifiant autour du rêve supposé de tout un chacun, mais souvent imposé par la société : avoir une maison et un enfant. Malheureusement la parabole politique s'efface au final complètement derrière la forme, créant une sorte de frustration, l'horreur finissant par plafonner par manque de sens. On espérait un grand film, on aura juste droit à un bel exercice de style.

Voir un extrait de « Vivarium » (vostfr) :

Olivier Bachelard Envoyer un message au rédacteur
Source :