Banniere_Face_a_Face_2022

INTERVIEW

UNE FEMME DE MENAGE

1- A la lecture du scénario, avez vous été tenté d’intervenir sur les dialogues ?

Je suis toujours tenté de la faire. On a discuté quatre ou cinq séances avec Claude Berri mais les dialogues étaient déjà très bien écris. De plus, je préfère bien travailler avant, plutôt que …

© Pathé distribution

1- A la lecture du scénario, avez vous été tenté d'intervenir sur les dialogues ?

Je suis toujours tenté de la faire. On a discuté quatre ou cinq séances avec Claude Berri mais les dialogues étaient déjà très bien écris. De plus, je préfère bien travailler avant, plutôt que d'improviser : on a vite tendance à se mélanger les pinceaux.

2- Avez-vous lu le livre de Christian Oster ?

Je l'ai lu et j'ai plutôt aimé. Mais c'est sûrement le premier et le dernier roman de lui que j'ai lu.

3- Pourquoi ?

Je n'ai pas trop tendance à lire l'actualité du roman. Je reste plutôt dans les anciens et je ne lis que ce qui me donne envie.

4- Et Dostoïevski, vous l'avez lu ? (Dans le film, il lit Dostoïevski)

Oui, je l'ai lu et j'ai vraiment beaucoup aimé et je vous conseille de le lire. J'aime " Le temps de la raison ".

5- C'est la première fois que vous jouez une histoire d'amour et une rupture, qu'est ce qui vous a déterminé à jouer ce personnage ?

Lorsque l'on me propose un rôle et que je lis le scénario, je ne me dis pas " Tiens je n'ai jamais joué ça ". Je suis très sélectif et il faut que je sois attiré de suite par le personnage. Ici, j'ai aimé le côté humain, la solitude…Ce sont les sentiments humains qui m'intéressent.

6- Que pensez vous de la chute ?

Elle est un peu trop conformiste pour moi qui ne le suis pas, mais elle a été écrite comme cela et je pense qu'elle plaira, la plupart des gens sont conformistes et aiment savoir où ils en sont. La morale nous apprend que tout n'est pas si grave. On idéalise l'amour et on se casse la gueule. On pense que l'on ne s'en remettra pas et puis si, et on se recasse la gueule.

7- Vous tournez peu et préférez écrire, quelles sont les raisons qui vous dirigent vers cette sélection ?

Je veux être sélectif, je me trouve plus honnête lorsque j'écris. J'aime écrire et surtout avec Agnès (Jaoui). Mais, comme tout acteur, j'ai besoin et envie de plaire et on recherche tous une certaine reconnaissance. Son expression est parfois différente mais le plaisir est juste de sentir à travers un regard que quelqu'un aime ce que vous faites.

8- Claude Berri vous compare à un Alceste moderne, qu'en pensez-vous ? (Il sourit).

Je suis flatté mais je pense que même si c'est plus fréquent chez moi, je pense que beaucoup d'acteurs se disent qu'ils auraient pu faire mieux. Je suis sans doute perfectionniste et je veux plaire, mais seulement à qui j'ai envie. Certains pensent que je ne suis pas heureux parce que je ne souris pas beaucoup ; alors s'il faut sourire pour être heureux, je n'ai rien à dire à ceux qui pensent cela !

9- Et vous êtes heureux ?

Ah oui, je suis vraiment heureux depuis que j'écris. Le bonheur pour moi, c'est de pouvoir observer autour de moi et de pouvoir écrire ce qui me touche, ce qui m'attire ou me déplait. C'est du bonheur d'écrire !

10- De quoi parle votre dernier scénario ?

J'écris sur le succès et les gens qui n'aiment pas le succès. Ca s'appelle " Comme une image " et cela renvoie au fait de vouloir ressembler à une image standard et à être sage comme une image.

11- Et s'agissant du scénario que vous aviez prévu d'écrire avec Djamel Debbouze ?

Nous sommes tous les deux très occupés mais nous avons prévu de faire quelque chose ensemble. J'aime beaucoup travailler avec lui, il a beaucoup de talent notamment dans l'écriture et il est certain que nous le ferons.

12- Quel est le prochain film où l'on vous retrouvera ?

Je viens de finir un film de Noémie Lvovsky avec Nathalie Baye, Melvil Poupaud et Isabelle Carré. Le titre provisoire est " Les sentiments ". C'est pour moi le meilleur film dans lequel j'ai joué. Il est très fort et très intelligent. C'est vraiment un très beau film.

Anthony REVOIR Envoyer un message au rédacteur

À LIRE ÉGALEMENT