Parce qu'on en a jamais assez !

INTERVIEW

PREMIER JOUR DU RESTE DE TA VIE (LE)

Journaliste:
Faire un film sur la famille peut être délicat car beaucoup de films ont été réalisés sur le sujet et on est aussi confronté immédiatement aux clichés.

Rémi Bezançon:
Si on a peur des clichés, on ne fait pas de cinéma, déjà. La famille, c’est un thèm…

© StudioCanal

Journaliste:
Faire un film sur la famille peut être délicat car beaucoup de films ont été réalisés sur le sujet et on est aussi confronté immédiatement aux clichés.

Rémi Bezançon:
Si on a peur des clichés, on ne fait pas de cinéma, déjà. La famille, c’est un thème comme le serait une histoire d’amour ou un film de guerre. Je ne sais pas pourquoi je pense à ce film, mais, par exemple, « Il faut sauver le soldat Ryan » est rempli de clichés – c’est une chose qu’on a vu cent mille fois, les deux amis du Bronx – et pourtant le film marche. Après, c’est ma façon de voir la famille. Ce n’est pas seulement un film de plus sur la famille car c’est ma vision des choses. C’est quelque chose qui avait beaucoup d’importance pour moi. Je voulais le faire sérieusement, avec amour et avec humilité. Je ne me suis pas du tout posé la question des clichés.

Journaliste:
La scène où la mère lit le journal intime de sa fille est un peu un passage incontournable de l’adolescente en crise contre sa mère, mais grâce à la mise en scène et au traitement du regard que porte la mère, on ne pense pas au problème des clichés.

Rémi Bezançon:
Dans le scénario, c’était juste une mère qui lit le journal intime. Après, une fois m’être penché sur la mise en scène, c’est à dire comment filmer ça pour pas qu’on ait une impression de déjà-vu, j’ai trouvé cette solution de voir la fille vivre tous les évènements qu’elle a écrit en même temps que la mère les lit dans le journal. Ainsi, il y a certainement d’autres films où l’on voit une mère lire un journal intime, jamais tournés de cette manière-là.

Journaliste:
Avez-vous laissé une marge de liberté aux comédiens pour leurs interprétations ou étiez-vous plutôt carré sur le respect du scénario ?

Rémi Bezançon:
Ca dépend vraiment des comédiens. Chaque acteur se dirige différemment. Par exemple, Zabou Breitman dit son texte à la virgule près, sans jamais rien changer. Elle a un grand respect du texte. Jacques Gamblin, lui, aime s’approprier un peu plus le rôle, alors on en parle ensemble, on reprend le texte, il me fait part de ses annotations… Mais il n’y a pas vraiment d’improvisation dans le film, on est resté assez fidèle au scénario.

Journaliste:
Le dernier plan du film, le regard-caméra de Déborah François, m’a fait penser à deux films qui utilisent le même procédé : Marie Gillain dans « Ni pour ni contre » de Klapisch et surtout Jean-Pierre Léaud dans « Les quatre-cent coups » de Truffaut.

Rémi Bezançon:
Quelqu’un m’avait fait cette comparaison, et j’ai essayé de me remémorer les films qui terminent sur un regard-caméra. Il y a « Les quatre cents coups » mais aussi « L’enfant sauvage » de Truffaut. Et dans « Le petit lieutenant », on a un beau regard-caméra de Nathalie Baye. D’ailleurs, je sais que Xavier Beauvois s’est inspiré du « Police » de Maurice Pialat : le regard de Depardieu est très « impact » aussi… Mais là, j’avais plus en tête celui de « Magnolia ». Mais le but n’était pas de vouloir donner une référence cinématographique. Je trouve qu’un regard-caméra est très parlant, ça veut dire en quelque sorte : « maintenant, à vous ». C’est une manière de rendre l’identification du spectateur encore plus directe.

Journaliste:
Votre prochain film sera une comédie ?

Rémi Bezançon:
Je vais adapter un livre d’Eliette Abécassis qui s’appelle « Un heureux événement ». C’est Isabelle Grellat, ma productrice, qui me l’a fait découvrir. J’ai beaucoup aimé ce roman. Il y aura de la comédie dans ce film. Dans ma façon de raconter une histoire et de la filmer, j’ai toujours besoin de comédie pour faire passer des choses plus graves. Car ici, c’est assez grave, c’est l’histoire d’une maternité à travers les yeux d’une femme de trente ans. Elle le vit assez mal, c’est une sorte de dépression post-natale. Mais c’est raconté avec beaucoup d’humour dans le livre. C’est en tout cas une très belle histoire.

Rémi Geoffroy Envoyer un message au rédacteur

À LIRE ÉGALEMENT