Parce qu'on en a jamais assez !

INTERVIEW

NEIGES DU KILIMANDJARO (LES)

Qu’est-ce qui dans “ les neiges du kilimandjaro ” est différent des autres films de Robert Guédiguian ?
« Pas grand chose », répond l’intéressé sur un ton humoristique. Dans ce film, on retrouve la même approche du concept de mondialisation. C’est une représentation réali…

© Diaphana Distribution

Qu’est-ce qui dans “ les neiges du kilimandjaro ” est différent des autres films de Robert Guédiguian ?
« Pas grand chose », répond l’intéressé sur un ton humoristique. Dans ce film, on retrouve la même approche du concept de mondialisation. C'est une représentation réaliste des problèmes sociaux qu'on y rencontre. Ce mode de représentation se rapproche du néo-réalisme des années 1940-50 développé en Italie.
Le film de Guédiguian met en avant deux personnages principaux : Michel, interprété par Jean-Pierre Daroussin, et Marie-Claire, interprétée par Ariane Ascaride. Le couple mène une vie heureuse, avec famille, amis, et un bien qu'ils ont acquis tout au long de leur vie, fruit de leur travail. Or tout d’un coup, un élément perturbateur vient interrompre le petit train-train dans lequel ils s'étaient confortablement installés. Cet élément est l'arrivée de deux cambrioleurs masqués et armés qui surgissent dans leur maison, les attachent, les frappent et se volatilisent avec leur carte de crédit et leurs alliances. Face à cette situation, les deux personnages sont offensés, en désarroi total. Ce sont des personnes n'ayant jamais rien fait qui puisse nuire à quiconque. Cet évènement les "tue", comme l'explique Guédiguian.

Un embourgeoisement des personnages par rapport aux films précédents ?
Ce n'est pas un embourgeoisement mais une évolution sociale. En effet, les personnages deviennent âgés, ils ont enfants et petits-enfants. Ils ont réussi à acquérir un bien qui leur est cher au bout de trente années de travail et de labeur. Ils ne sont pas bourgeois mais leur nouvelle stabilité sociale est due à un passé plus difficile financièrement.
On retrouve de nouveau un engagement politique dans l'œuvre de Guédiguian. La "précarisation s'est accrue", les ménages peinent de plus en plus à gagner de l'argent, à vivre convenablement. C'est pourquoi, avec l'augmentation constante de la consommation, les gens s'attachent de plus en plus à la seule chose qui représente le peu qu'ils ont : leur bien, leur maison.
De plus, le licenciement de Michel dès le début du film nous ramène aussi à une réalité sociale actuelle, où le chômage tombe de plus en plus sur des cadres devenus âgés.

Comment agissent les personnages ?
"Chacun a ses raisons", dit Guédiguian en rappelant la phrase de Renoir. Ainsi, chacun des personnages a ses raisons d'agir de la manière dont il le fait. Les hommes deviennent conservateurs en vieillissant, ils s'attachent aux biens matériels car ils se rendent compte que c'est tout ce qu'ils leur reste dans une société où rien n'est sûr. Guédiguian veut faire alors partager le sentiment d'oppression, de concurrence ressenti par nombre d'entre nous. Le cinéma est pour lui le moyen de dire "NON" face à cet engrenage dans lequel se retrouvent les gens.
"Filmer les petites choses du quotidien", comme le formule Guédiguian, est une thématique récurrente de ses films. Un thème qui ramène aux spectateurs qui se retrouvent mieux dans les propos et scènes présentés, car le quotidien des personnages du film reflète leur propre quotidien.

Toujours les mêmes acteurs : une grande famille ?
"Nous avons fait beaucoup de barbecues et bu des coups!", rigole Guédiguian. Mais Ariane Ascaride affirme l'attention constante portée aux acteurs pendant le tournage, et le questionnement permanent sur les rôles que chacun doit jouer. Le fait de bien se connaître est pour Guédiguian un moyen de ne pas avoir de rapports de force entre lui et les membres de son équipe. Le tournage a été serein, bien qu'il soit toujours plus exigent avec les amis qu’avec des inconnus. Et puis le groupe est soudé depuis longtemps. Aussi, il y a un niveau d’exigence à tenir (« sans aucune prétention »), une petite pensée qui dit : “ il ne faut pas décevoir et être encore meilleurs qu'avant”. Le choix des acteurs se fait d'abord par rapport à ce qu'ils sont eux, la personne en elle-même mais aussi son jeu d'acteur. "Le promeneur" est le seul film de Guédiguian ayant été fait sans la même équipe d'acteurs : "le moins bon" souligne Ariane Ascaride avec humour.

La force du film ?
La force du film est que l'on "entend les débats, les idées différentes des personnages". Cela permet de s'ouvrir, de comprendre chacun d'eux et aussi d'en faire sortir une certaine vérité.
Guédiguian est un cinéaste engagé politiquement, et "Les Neiges du Kilimandjaro" est un drame social. C'est aussi un film populaire dans lequel beaucoup de Français se retrouveront.
De plus, il y a l'univers du travail qui est omniprésent dans le décor et également par les personnages qui sont eux-mêmes des "travailleurs". D'ailleurs, dès le début du film, on nous donne à voir une usine et des jeunes gens qui y travaillent.

Pourquoi un texte ancien comme référence ?
Le texte "Les pauvres gens" de Victor Hugo a été choisi car il y a la volonté de revenir dans le passé, aux origines, de voir l'évolution mais aussi la stagnation de la société. Hugo a toujours beaucoup utilisé des personnages populaires, marginaux, modestes. De la même façon, Guédiguian veut faire entendre les millions de petites voix qui ne se font pas entendre et qu'un film permet un peu de mettre en valeur. La référence au poète se fait à la fin pour donner plus de force à l'œuvre projetée.

Anthony REVOIR Envoyer un message au rédacteur

À LIRE ÉGALEMENT