Bannière Festival film court Villeurbanne 2019

INTERVIEW

ENTRE ADULTES

Pourquoi aborder l’amour de cette façon ?

Stéphane Brizé :
J’ai voulu vraiment symboliser la recherche, le manque d’amour. C’est une thématique qui m’intéresse, que j’ai eu plaisir à creuser. Il me fallait trouver un dispositif pour éclaircir tout ça ; j’ai d…

© TFM Distribution

Pourquoi aborder l’amour de cette façon ?

Stéphane Brizé :
J’ai voulu vraiment symboliser la recherche, le manque d’amour. C’est une thématique qui m’intéresse, que j’ai eu plaisir à creuser. Il me fallait trouver un dispositif pour éclaircir tout ça ; j’ai donc utilisé un principe mécanique de narration, en cumulant plusieurs petites scènes. On est tous devant ses désirs, la difficulté à s’investir, en plus de la contrainte de société à rester en couple. La vie est pleine de possibilités, de choix, et on ne fait finalement que des petits bouts de chemin. Mon film est donc plein de personnages qui doutent, se questionnent, qui correspondent beaucoup à notre société d’aujourd’hui.

Concernant le choix des acteurs ?

Stéphane Brizé :
C’est le hasard qui a choisi pour moi ! On m’a proposé de travailler avec des acteurs qui n’avaient jamais tourné, ayant uniquement une expérience théâtrale. Plutôt que de perdre du temps à faire des essais avec eux, j’ai choisi de faire un film directement. Les acteurs ont eu le texte une heure avant le tournage ; un texte très réfléchi qui leur permettait d’avoir une direction suffisante pour incarner leur rôle. Aussi je voulais le même temps à l’écran pour chaque comédien, 12 premiers rôles, d’où 12 scènes.

Claude Lelouch se retrouve producteur de votre film, expliquez nous votre rencontre ?

Simon Lelouch :
Moi et Stéphane nous connaissons depuis quelques années. J’ai lu le scénario de « Je ne suis pas là pour être aimé », dont j’ai beaucoup aimé la sincérité. Trois mois après la sortie de ce film, en décembre 2005, m’intéressant à la production en plus de la réalisation, Stéphane m’a parlé d’un projet antérieur écrit en 2004. J’ai donc regardé le scénario de « Entre adultes », j’ai trouvé ça formidable, et j’ai donc décidé de m’engager à le produire. Quelques jours après, je l’ai montré à Claude, mon père. Il a également aimé et décida de se joindre à nous. C’est un vrai film de rencontre avec des gens qui avaient une réelle envie d’être là ! Un film un peu rebelle, très libre, avec un réalisateur qui a voulu donner le meilleur de lui.

Comment s’est passé le tournage du film ?

Stéphane Brizé :
J’ai d’abord écrit le scénario en 10 jours, à la campagne. Pour le tournage, j’avais un temps très limité : 10 jours également, avec seulement deux cameras vidéo et un micro. Les 6 premiers jours, nous avons travaillé des scènes écrites pour faire connaissance, et les 4 jours suivant, nous avons tourné le film. C’est donc un long-métrage écrit en 10 jours, tourné en 4 jours et monté, puisque là non plus nous n’avions pas de temps, en 4 jours !

Quelle était l’ambiance entre les comédiens ?

Cyril Couton :
Il y a eu un gros travail d’équipe pour apprendre à se connaître. On a joué quelques séquences, et nos rôles ont vite été attribués. On n’avait aucune pression, pas de peur de se dévoiler, ce qui a permis de réellement se libérer. Aussi, il y avait seulement 2 caméras pour un seul plan séquence, d’où une véracité du jeu, car chaque scène était tournée en une prise.

« Entre adultes » peut-il se classer comme une comédie ?

Stéphane Brizé :
Pour moi c’est une comédie où chacun peut se reconnaître dans une des situations. C’est un peu un drame qui engendre le rire. Les personnages sont construits autour de leur souffrance ; les gens rient un peu d’eux mêmes. Mais je ne comptais pas donner une vision négative des relations humaines, c’est le simple quotidien. Le chemin de l’amour, même chaotique, est beau. L’émotion est peut-être forte dans la façon de se sortir de tout ça…

Anthony REVOIR Envoyer un message au rédacteur

À LIRE ÉGALEMENT