Parce qu'on en a jamais assez !

INTERVIEW

ENFERMES DEHORS

Albert Dupontel, Claude Perron et Philippe Uchan arrivent devant des journalistes en terrain conquis ! Le troisième film écrit et réalisé par Dupontel a, en effet, subjugué tout le monde ! Dupontel y met en scène un SDF qui se prend pour Amélie Poulain, à vouloir faire le bonheur autour de l…

© Patrice RICOTTA

Albert Dupontel, Claude Perron et Philippe Uchan arrivent devant des journalistes en terrain conquis ! Le troisième film écrit et réalisé par Dupontel a, en effet, subjugué tout le monde ! Dupontel y met en scène un SDF qui se prend pour Amélie Poulain, à vouloir faire le bonheur autour de lui ! Et autour de lui que des têtes connues, dont certaines vues dans ses précédents films : Claude Perron, Philippe Uchan, Hélène Vincent et Roland Bertin présents dans Bernie et/ou Le créateur. Parmi les nouveaux : les Deschiens, Jackie Berroyer, Gustave Kervern, Serge Riaboukine et Terry Gilliam ! Rien que ça ! Et dire que selon ses propres termes « ça n’a pas été dur de les faire venir sur le projet !… » Pour Gilliam, le Monthy Python réalisateur de L’Armée des 12 singes, il précise même « Un rêve que de filmer les héros de mon enfance ! »

« Pour Enfermés dehors j’ai fait un film qui s’apparente à du cinéma indépendant français, c’est le fruit d’une vraie envie de cinéma. » On sent Albert Dupontel investit dans son projet, investit au cœur. D’ailleurs il a beaucoup donné de sa personne, car non seulement il a écrit, réalisé et joué, mais il a aussi fait ses propres cascades « comme Buster Keaton » donne-t-il en comparaison ! Et de poursuivre en rendant un hommage à son chef cascadeur, décédé en ce début de mars 2006.

Mais d’où lui sont venues toutes ces idées de scènes plus allumées les unes que les autres ? Pas vraiment des BD. « Mon film est certes un cartoon social, mais je ne suis pas un gros lecteur de bandes dessinées, on pourrait toutefois y voir un lien avec les Fluide glacial. On dit aussi que c’est une sorte d’Amélie Poulain sous acide ! ». Et les on-dit ont parfois raison, tant il y a de références, certainement inconscientes, au film de Jeunet et auquel il ne manquerait plus qu’un côté très déjanté et très Tex Avery.

Le couple Dupontel-Perron en quatre questions :

Abus De Ciné : Albert, votre personnage s’appelle Roland, sur le papier, en hommage à Roland Blanche, disparu il y a de cela quelques années. S’il avait été encore parmi nous, lui auriez-vous offert un rôle ?
Albert Dupontel : Oui, bien sûr qu’il aurait été du film ! Je ne sais pas quel rôle il aurait eu, un des SDF peut-être ou un rôle que je lui aurais écrit sur-mesure.

ADC : Vous avez plusieurs casquettes pour ce film, sous laquelle prenez-vous le plus de plaisir ?
AD : Metteur en scène.

ADC : Claude, votre talent est certain, vous êtes entre autres de tous les films d’Albert Dupontel, mais finalement on vous voit peu au cinéma. Comment gérez-vous votre carrière ?
Claude Perron : Vous savez, j’adore le chocolat ! Le cinéma c’est comme le chocolat ! J’en vois du bon et du moins bon. Je pense qu’il vaut mieux se réserver et attendre le meilleur des chocolats. Mais je ne manque pas de projets. A la rentrée, je retourne sur les planches, au théâtre. Et j’ai un film en vue en commun avec Albert !... Des films comme Enfermés dehors me donnent la patience d’attendre le prochain bon chocolat !

ADC : Albert Dupontel, on vous voit comme un grand enfant : finalement vous avez quel âge ?
AD : J’ai 5 ans, mais je fais un peu plus !

Mathieu Payan Envoyer un message au rédacteur

À LIRE ÉGALEMENT