Banniere_Fete_Court_Metrage_2021

DOSSIERTest DVD

Test DVD - ONCLE BOONMEE

Date de sortie : 16 février 2011

Oncle Boonmee, malade d’un rein, écoule ses derniers jours à la campagne auprès des siens. Un soir, alors qu’ils dînent à la terrasse de leur maison, les fantômes de sa défunte femme et de son fils disparu apparaissent. Entouré des gens qu’il aime, il s’interroge sur les raisons de son sort et sur les origines de son existence...

Packaging et menu

Le film est doté d'un packaging mettant en avant l'Oncle, la princesse et le fantôme singe du fils. Il comprend un livret qui replace le film dans son contexte artistique global (24 pages).

Menu et navigation

Le menu, sur fond gris, dessine en gris clair des entrelacements de branchages et de lianes, on y voit également se profiler l'un des fantômes singes du film, avec ses deux yeux d'un rouge laser, vision qui hante encore les spectateurs qui ont pu voir le film... En fond conore, pas de musique, mais les bruits de la forêt, permettent de se plonger progressivement dans l'univers du nouvel opus d'Apichatpong Weeresathekul ("Tropical Malady", "Blissfully Yours", "Syndromes and a Century").

Au fil des déplacements de la souris et des "clics", des branchages se développent, vous permettant de naviguer entre les Versions du films, l'accès direct au Chapitrage ou au Film et les Bonus.

Film

Le film est proposé en VF et VOST. La version originale sous-titrée est disponible notamment dans un 5.1 qui mérite le détour, vous englobant des bruits d'une forêt vierge au départ inquiétante, mais qui deviendra vite familière, comme pour les personnages du film.

Bonus

"Lettres à Oncle Boonmee" : court métrage prélude au film (15'30 - VOST)
Une errance hypnotique dans les moindre recoin d'une maison, sensée représenter celle dans laquelle vivrait l'Oncle Boonmee aurait habité, et accompagnée en voix-off de la même lettre, lue à plusieurs reprises. Des soldats y auraient vécu par la suite, réquisitionnant les maisons du village de Nabua. Il se termine sur une vision de la jungle, d'une vache égarée dans la forêt, et l'aprçu furtif d'un fantôme singe... On peut déjà relever ici l'importance du travail sur les bruits, de la forêt qui ceinture le village, de la maison elle-même, d'ondes radios qui traversent l'air moite de Thaïlande.

"Oncle Apichatpong" : entretien avec le réalisateur (15'36 - VOST)
Dans une maison typique de Thaïlande, le réalisateur répond aux questions de la production, commençant par les croyances de son pays, ou son travail à nouveau sur la mémoire, en s'inspirant d'un livre, mais aussi de ses propres souvenirs, notamment de son père, décédé, comme l'Oncle, d'une maladie des reins. Il y dévoile également des éléments sur la création du son d'ambiance et d'une jungle rassurante, des personnages en soi, ou de ses inspirations en terme de mise en scène, issues de la télévision, ou sa volonté de troubler la perception du temps chez le spectateur.

Les 7 scènes coupées (24' - VOST):
- L'arrêt de bus (sans grand intérêt, où deux personnages attendent et se lèvent comme les autres voyageurs )
- La douche de Pa Jen (où l'on apeçoit les fantômes singes à la fin)
- Nuit du dîner 2 (avec des plaisanteries sur l'alcool et les fantômes, et les tatouages du fils... qui font douter que le fantôme soit vraiment lui)
- La princesse et les villageois (où celle-ci refuse de les voir, exprimant son mépris et sa lignée)
- Protozoaires
- La princesse donne la vie (une scène d'accouchement, suspendue par les bras)
- La grotte(explication sur la naissance de l'oncle, mais dont il ne se souviens plus... avec vision stroboscopique de la grotte, qui aurait en effet été un peu décalée par rapport au reste du film, qui n'utilise pas vraiment d'artifices de mise en scène, mais également avec un discours de Pan sur )

Les Bandes-annonces:
Vous pourrez découvrir ici les bandes annonces françaises et internationales (4' - VOST), l'occasion de noter que celle réalisée pour l'internationale insiste bien plus sur le coté fantastique de l'histoire, et ses fantômes, rendant la perception du film à venir, tout à fait différente.

Olivier Bachelard Envoyer un message au rédacteur

À LIRE ÉGALEMENT