Bannière Festival de Venise Mostra del cinema de Venezia 2021

DOSSIERTest DVD

Test DVD - LE PROCÈS DE VIVIANE AMSALEM

Date de sortie : 2 décembre 2014

Depuis trois ans, Viviane Amsalem demande le divorce que son mari lui refuse. Déterminée, elle comparait devant le tribunal rabbinique afin de plaider sa cause et pouvoir enfin recouvrer sa liberté.

Test DVD

Même si la qualité n’est pas totalement au rendez-vous (les génériques, en noir sur fond rouge, paraissent flous !), "Le Procès de Viviane Amsalem" est le genre de film qu’il est idéal de posséder en DVD, car le chapitrage permet d’accéder rapidement aux différentes étapes de ce long et passionnant procès.

Les suppléments proposent un entretien de 13 minutes avec Shlomi Elkabetz, coréalisateur du film, intitulé "Comment nous rêvons nos films". Il replace d’abord"Le Procès de Viviane Amsalem"  dans le projet de trilogie, pensé comme tel dès le premier volet ("Prendre femme", sorti en 2003, suivi par "Les Sept Jours" en 2008). On apprend ainsi qu’avec sa soeur et coréalisatrice, Ronit, ils se sont inspirés en partie de leur mère pour créer le personnage, sans pour autant en faire un calque biographique. Shlomi Elkabetz commente aussi sa collaboration avec Ronit, du scénario au tournage ; il évoque son rapport au cinéma (ce que ça signifie pour lui, l’importance des émotions et de la lumière, etc.) ; il parle aussi du rôle majeur du silence dans le film. Il commente également la société israélienne, parle d’ « apparence de démocratie » à cause du poids de la religion et du nationalisme juif qui provoquent tant d’inégalités, notamment aux dépends des femmes. Quasiment en fin d’interview, Elkabetz prononce une phrase manifestement imprégnée d’émotion, qui témoigne de l’importance de cette trilogie dans sa vie : « Viviane Amsalem coule dans mes veines ».

L’autre bonus consiste en un making of de 39 minutes, qui s’avère assez décousu dans l’ensemble, surtout dans sa première partie qui mélange des images de tournages, des plans de l’ovation lors de la présentation du film à Cannes (à la Quinzaine des réalisateurs) et des extraits de la trilogie avec des commentaires des interprètes en voix-off. Durant cette partie, on apprend tout de même certaines choses intéressantes, comme la volonté délibérée de Shlomi Elkabetz d’avoir un décor le plus austère possible.

Heureusement, le rythme se tasse un peu après ce commencement désordonné, pour s’orienter vers un making of plus classique qui enchaîne les images de tournage et de répétitions, ainsi que des entretiens in situ avec les réalisateurs et acteurs. Ce documentaire devient vraiment passionnant lorsqu’il montre le décalage entre l’atmosphère du film et l’ambiance du tournage. Vu le nombre de rires et de blagues, on dirait que l’équipe avait besoin de décompresser par rapport à la gravité du sujet. De même, la complicité entre les interprètes tranche avec la tension qui règne entre les personnages. Un des symboles de ce décalage absolu réside dans la scène où l’acteur qui joue le rabbin commence à se lever à la fin d’une prise avant de se raviser car il est en caleçon, son personnage étant toujours assis et n’ayant donc pas besoin du bas du costume !

La fin est plus touchante quand on comprend le bouleversement que l’aboutissement du tournage provoque chez les deux coréalisateurs qui viennent de passer 10 ans à travailler sur les mêmes personnages. Choix étrange, le montage se termine par deux minutes de bande-annonce du film au lieu de proposer celle-ci à part dans la liste des suppléments.

Caractéristiques techniques du DVD :

Format d’image : 1,85:1
Son : Dolby Digital 5.1 ou Dolby Stereo 2.0
Langues : VO en hébreu, sous-titres en français ou en français pour sourds et malentendants

Raphaël Jullien Envoyer un message au rédacteur

À LIRE ÉGALEMENT