Banniere Festival de Cannes 2021 sélection quotidiennes critiques

DOSSIERSéries TV

Critique Série : THE SHIELD

Série créée par Ryan Shawn
Avec Michael Chiklis, Jay Karnes, CCH Pounder, Benito Martinez, Dent Catherine, Forest Whitaker, Kenneth Johnson…

Première diffusion en France : 2003 sur Jimmy
Format : 45 minutes en moyenne par épisode (13 à 15 épisodes par saison)
Site officiel : FX

Synopsis

L’action se situe à Los Angeles dans un commissariat où a été créé récemment une brigade spéciale composée de quatre personnages d’élite aux méthodes un peu particulières. Cette équipe élucide surtout les affaires de stupéfiants.

Critique : Sous une certaine violence, une série captivante

Michael Chiklis (Vic Mackey), personnage principal de la série (dernièrement vu au cinéma dans le rôle de « la chose » dans les 4 fantastiques), est un détective chef de la brigade spéciale.
Chacun des personnages a des procédés de travail et un état d’esprit différent. Vic et son équipe (Shane, Curtis …) emploient des manières douteuses oscillant entre efficacité, brutalité et criminalité ainsi que des procédés mafieux pour ses arrestations.

Dans leurs luttes des gangs et du trafic de drogue, ils sont sans limites prêts à tout pour arriver à leurs fins et n’hésitent pas à utiliser la violence, à l’opposé des inspecteurs Dutch et Claudette (joués par Jay Karnes et CCH Pounder).Ces derniers usent des manières douces et des interrogatoires psychologiques. D’autre part le capitaine Aceveda incarné par Benito Martinez, délaisse la morale au profit de ses intérêts politiques.

En choisissant de filmer caméra à l’épaule, la série se veut plus réaliste et nous plonge au cœur de l’action, grâce à une interaction entre les différents protagonistes et un montage inhabituel et novateur. Le montage se veut rapide en jouant habilement avec les différentes tailles de plan (champ /contre champ ou plan large /plan serré). Ces multiples changements de vue activent une sensation de vitesse prenant le spectateur dans l’action. "The Shield" impose un rythme rapide, au fil des épisodes, les intrigues secondaires renforcent et renseignent sur l’intrigue principale.

À la première analyse, sous un aspect quelquefois brutal et pénible, Vic ne va jamais jusqu’à la cruauté volontaire et gratuite. Toutes ses actions sont motivées par une volonté profonde de faire de cette ville un lieu plus rassurant, plus calme et plus sain. Au fil des épisodes, on s’aperçoit de sensibilité touchante démontrée l’aide qu’il apporte aux plus défavorisés (ex : la prostituée Connie…) et l’amour qu’il porte à ses enfants. Au final ce qui se dégage de cette série d’apparence violente et choquante, mais ou l’humour et la dérision sont toujours présents, c’est qu’elle échappe aux clichés sur des sujets habituellement tabous (la drogue, la violence, la corruption, l’homosexualité…). Chacun peut alors s’identifier aux personnages.

Captivé par leur vie, on a hâte de voir le déroulement des prochaines saisons et pour replonger dans cet univers particulier et attachant qu’est "The Shield". La série a été diffusée pour la première fois en France le 23 novembre 2003 sur la chaîne câblée « Jimmy », puis Canal+. Pour l’instant les saisons de cette série sont au nombre de quatre aux USA. Une rumeur court selon laquelle France 2 aurait racheté les droits de diffusion et qu’elle projetterait de diffuser la saison 1 dans les mois qui viennent.

Nicolas Mazoyer Envoyer un message au rédacteur

À LIRE ÉGALEMENT