Banniere_Fete_Court_Metrage_2021

WHERE LOVE LIVES

Un film de Brilliams

Un documentaire musical fédérateur et branché diversité

Glitterbox est une chaîne de boîtes de nuit, avec performeurs hauts en couleurs, à la fois présents pour électriser la foule, pour contribuer à l’ambiance de fête, et pour montrer que le temps d’une soirée, chacun peut librement être soi-même. Ce documentaire, au travers d’images de fêtes dans les clubs d’Ibiza, Londres, New York, et d’interviews, tente de revenir sur le pouvoir libérateur de la musique, du disco à la dance-music…

Where Love Lives - Glitterbox film documentaire documentary movie

Sortie sur Youtube le 18 mars 2021

A travers des interviews mêlées de performeurs (les premiers à intervenir, parlant non seulement de leur métier, mais surtout de comment ils ont trouvé leur place dans le monde de la nuit), de Djs, et des créateurs de la chaîne de night-clubs, "Where Love Lives" s’affiche en documentaire festif et fédérateur pour toute une sorte de communauté. Évacuons d’emblée les critiques qui pourraient, avec certes raison, affirmer que l’enquête sur l’histoire de la musique dance reste minimale et que l’emballage de l’ensemble fait penser à une grosse campagne de publicité pour la chaîne Glitterbox, pour nous concentrer sur l’essentiel : le discours sur la diversité et la liberté.

Le film s’ouvre sur trois portraits de performeurs, explicitant chacun leur parcours, leur sentiment d’inadaptation dans le passé et la manière dont l’univers de la nuit leur a permis d’évoluer et d’être finalement eux-mêmes. Se succèdent ainsi Lucy Fizz, femme transgenre autrefois timide et réservée, The MX Fit, français drag queen initialement parti sur une « mauvaise voie », et Te Te Bang, lesbienne également adepte du drag, montrant l’étendue de leur créativité, leur talent pour électriser des foules allant jusqu’à 5000 personnes, tous insistant sur leur capacité à se libérer de règles ou cases que la société a voulu leur imposer.

Enchaînant ensuite sur des entretiens avec des DJ célèbres, et retournant sur des lieux mythiques, parfois disparus avec des magnas de la nuit, le film se fait plus nostalgique, évoquant la naissance du disco dans les années 70 et ses influences sur la dance-music, tout en mettant à chaque fois en avant la différence comme force et la lutte comme leitmotiv (le passage évoquant l’épidémie de SIDA est particulièrement émouvant). Seuls les discours sur les supposés « chansons à texte » et la nature « familiale » de l’entreprise semblent un peu faciles et laissent un peu perplexe (les potentielles rivalités ou les questions d’argent sont allègrement passées sous silence). Mais au final, les images très léchées des soirées, alliant ralentis et accélérations clipesques, parviennent à souligner non seulement le message d’acceptation de la diversité (d’âge, de sexe, de race, d’orientation ou identité sexuelle…) que celui, nécessaire en ces temps de fermeture, rappelant que les boîtes de nuits sont pour beaucoup un lieu permettant de se recharger en énergie et d’oublier ses soucis. Des lieux qui manquent cruellement aujourd’hui dans la vie, notamment de toute la jeunesse.

Nota : Le film sera disponible exclusivement sur YouTube et sera gratuit. Le 18 mars 2021 aura lieu la Première du film sur Youtube, avec une soirée en 3 parties : une pre-party virtuelle des sets de Djs Glitterbox de renommée internationale, la Première mondiale du film à 21h puis l’after party virtuelle.

Olivier BachelardEnvoyer un message au rédacteur

BANDE ANNONCE

Laisser un commentaire