Bannière Festival de San Sebastian 2021

WESH, WESH

Enfin un vrai film qui montre sans prendre de gants ce qu'est la vie dans une cité en banlieue parisienne.

C'est l'histoire de Kamel, qui après avoir purgé une double peine (5 ans de prison et 2 ans en Algérie), rentre chez ses parents en banlieue parisienne. Son plus gros problème : il est sans papiers, donc impossible pour lui de trouver du boulot. Il se rend vite compte de l'impasse dans laquelle il se trouve. En plus, dans son quartier, il ne peut qu'être spectateur de ce qui se passe : le deal, la misère, la violence, le désarroi…

Par des images très fortes, parfois choquantes, on pénètre dans un univers méconnu ignoré d'une grande partie de la population. On y voit une vraie cité, où les jeunes passent la plupart de leur temps dehors, à guetter les " keufs " et à trouver et revendre du " shit ". Le film est rythmé par une bande son essentiellement composée de rap (Assassin) et de musique orientale, peut être un peu trop forte par moment. Là, la banlieue n'est pas édulcorée, et on se rend mieux compte du désarroi face auxquels des milliers de famille se trouvent. Se dire que ce genre de chose existe en France donnera une bonne claque à tous ceux qui voient la France comme une terre d'asile privilégiée.

Véronique LopesEnvoyer un message au rédacteur

Laisser un commentaire