Banniere_Fete_Court_Metrage_2021

LA VIDA EMPIEZA HOY

Un film de Laura Mañá

Irrésistible !

Un groupe de personnes âgées prend des cours d’éducation sexuelle pour permettre à chacun d'entre eux de redécouvrir son corps...

Les bonnes comédies, les vraies, celles finement écrites, délicatement interprétées, sont d’autant plus rares lorsqu’elles traitent intelligemment de sujets aussi tabous que la sexualité du troisième âge ! « La Vida empieza hoy » nous met directement au diapason dès la première séquence, s’ouvrant en plein sur un cours d’éducation sexuelle aux quiproquos assez savoureux. La suite ne faiblit pas et sera rythmée par les fous les rires aux éclats d’une salle survoltée.

La réalisatrice parvient à garder un subtil équilibre entre gags salaces et répliques cinglantes de vérité. L’écriture est à ce titre la principale force de cette délicieuse et jouissive comédie. Les séquences, de plus en plus cocasses, s’enchaînent jusqu’au final délirant, point culminant de cette élucubration intelligente et bourré de bon sens. Vient ensuite le jeu des acteurs, là aussi, avec juste ce qu’il faut d’exubérance espagnole et de justesse lors de tirades bien pensées et pleines d'idées judicieuses par rapport aux préjugés sur le rapport entre troisième âge et sexualité.

Mais surtout, « La vida Empieza hoy » rend compte de la réaction des enfants, bien souvent réticents à l'idée d’apprendre que leurs parents fréquentent des cours de sensualité. Laura Mañá démontre à quel point la société moderne peut être castratrice et ne supporte pas l’idée que la sexualité continue d’exister après la ménopause. Pilar Bardem (oui Bardem, il s’agit de la mère de Javier) est extraordinaire, en sexagénaire veuve bien décidée à braver par tous les moyens les affres de la vieillesse. Alors oui, ci et là, certaines scénettes ont parfois un sacré parfum de sentimentalisme, mais qu’importe le flacon de bons sentiments lorsque l’on a l’ivresse de fous rires tout du long. Un conseil, emmenez y votre grand-mère, elle s’y retrouvera certainement une seconde jeunesse !

Alexandre RomanazziEnvoyer un message au rédacteur

Laisser un commentaire