Banniere-Berlinale-2019

TYSON

Un film de James Toback
Avec Mike Tyson...

Pâques au balcon, Cannes au Tyson

La vie et « l'oeuvre » du plus jeune champion du monde de boxe poids lourd : l'incroyable Myke Tyson. Retour sur son passé depuis une enfance de voyou jusqu'à ses titres mondiaux et sa déchéance, en passant par ses premiers pas sur le ring, le tout grâce à une longue interview accordée au réalisateur James Toback qui vous apportera un regard neuf sur cette brute épaisse...

La boxe est indéniablement un des sports les plus « cinégéniques » qui existent ! Le documentaire « When we were kings » sur Mohammed Ali, les films « Raging Bull », « Rocky » ou « Million dollar baby » sont notamment là pour en témoigner. « Tyson », un documentaire à découvrir, le confirme en 2008 à Cannes, dans la section Un certain regard.

James Toback à l'aide d'images d'archives, d'extraits d'émissions télé, de photos et surtout grâce à une longue interview filmée, fait vivre les quarante ans de la vie de Michaël Tyson, champion du monde des poids lourds à seulement 20 ans et dont l'existence pourrait nourrir un scénario digne des plus grands films dramatiques !

Jeune, la rue ne lui laisse pas d'autres choix que de montrer les dents, ayant été élevé dans un des quartiers plus dangereux de New-York. Après avoir montré de quoi il était capable, plus personne ne lui causera de problèmes, la réputation de ses poings était déjà établie ! Puis, les magouilles viennent à lui et à 12 ans, il tourne mal. Accusé à tort de vol (il se ballade quand même avec 1 500 $ en poche !), il est incarcéré en centre de détention pour jeunes adolescents. Ne vous méprenez pas : ce fut finalement sa plus grande chance ! Il y fait la connaissance d'un boxeur qui lui présente son premier manager. Désormais, sa vie ne sera plus liée qu'à ce sport et aux gants qui vont avec.

La plus grande qualité de ce documentaire est qu'il nous révèle les facettes d'un homme que nous ne connaissons pas. Ce grand gaillard, cette masse de muscles, ce regard de tueur qu'il nous est donné de voir à la télé, sur le ring, dans les journaux à scandales : finalement tout cela saute en éclat. Toback nous démontre qu'il ne s'agit que d'une façade, d'une image façonnée pour construire son personnage de boxeur.

Car le Tyson « intime » que Toback filme dans sa villa, se révèle tout autre : le spectateur comprend très vite que sa vie est imprégnée des plus primaires des sentiments : la peur, les doutes. Et à tous les âges, surtout enfant quand il était bouboule. Mike Tyson n'est pas seulement une machine de guerre (certes, il a eu le record du KO le plus rapide de toute l'histoire de la boxe : 8 secondes !), c'est surtout un homme avec ses rêves, ses forces et ses faiblesses.

Alors, certes, on pourra trouver ce documentaire assez policé, car il n'y a finalement que très peu de développements sur les grandes controverses de sa vie. En outre, il n'est présenté qu'un unique point de vue, celui de Tyson, aucune autre personne n'étant interviewée pour ce documentaire. Mais quand il revient sur les accusations de viol dont il se défend fermement et sur les trois ans de prison après avoir été jugé coupable, quand il évoque son catastrophique mariage de 8 mois avec une célèbre actrice noire qu'il aurait bien éclatée en direct à la télévision, quand il vous dit que c'est un miracle qu'il soit en vie à 40 ans et quand il parle des derniers matchs perdus, uniquement organisés pour lui permettre de toucher un peu d'argent, alors oui, quand c'est lui-même qui vous dit tout cela, droit dans les yeux, parfois avec les larmes de l'authenticité prêtes à couler, il se passe quelque chose d'infiniment humain et puissant, que Toback a royalement réussi à restituer.

Anthony REVOIREnvoyer un message au rédacteur

Laisser un commentaire