Bannière Festival Lumière 2021

TRIANGLE

La triade du pauvre

Trois paumés galèrent dans la vie et ont, de ce fait, du mal à joindre les deux bouts. Jusqu’au jour où ils rencontrent un mystérieux vieillard leur proposant l’opulence soudaine par le biais de la découverte d’un fabuleux trésor. Ils ne seront pas au bout de leurs peines et de leurs déconvenues…

Projeté en séance de minuit à Cannes, celles réservées aux films pour le moins originaux, on peut dire que ce film n’atteint pas vraiment cet objectif. Car il oscille constamment entre situation comique et scènes d’action, mais sans jamais vraiment explorer à fond ces deux voies. Les trois réalisateurs déclarant s’être réellement complétés pour élaborer ce projet, on constate en fait malgré tout, que chacun d’eux reste vraiment meilleur dans son style solo (surtout monsieur To expert en films d’action à la sauce Kitano ou autre sous Tarantino…). La faute certainement à un scénario totalement flou, qui fait que l'on saisi mal l’intrigue et où ces messieurs veulent finalement en venir!

Les trois maîtres du cinéma de Hong Kong se sont inspirés du principe du cadavre exquis, mais ceci sans grande conviction et sans réelle motivation. On aurait pu faire beaucoup mieux avec de telles recettes et une telle expérience… Et on se dit que Tsui Hark ayant été le premier à travailler sur le projet, il aurait été bien peut être bien inspiré de rester tout seul jusqu’à la fin de celui ci.

Hugues MinotEnvoyer un message au rédacteur

Laisser un commentaire