Bagniere comedies_confinement-04

THE HUMAN SURGE

Un film de Eduardo Williams

Un voyage entre réalité documentaire et fiction

De jeunes gens, d’Argentine, du Mozambique, de Philippines, liés malgré eux par leur rapport au travail ou au numérique…

The Human Surge film image

A voir en VOD à partir du 8 avril 2020 sur le site de Shellac

L’originalité du film de l’Argentin Eduardo Williams, primé au Festival de Locarno en 2016 dans la catégorie Cinéastes du présent, est de suivre de jeunes gens, principalement des garçons, dans leur errance quotidienne, entre perception et vécu désabusé face au travail et échappatoire qu’offre notamment l’internet. Le récit débute en Argentine, avec un jeune homme, manutentionnaire dans un supermarché, puis licencié, cherchant la connexion auprès de divers groupes : famille, proches, amis… La promiscuité semble moins un obstacle qu’une opportunité, les fenêtres sur le monde passant par un internet source de revenus comme d’exhibition, le tout dans une certaine insouciance. S’en suit un passage au Mozambique, autour d’un jeune homme, ses virées nocturnes, ses excuses pour ne pas se rendre au travail, sans pour autant démissionner… La troisième partie se déroule aux Philippines, dressant le portrait d’un garçon et une fille, lors principalement d’une balade en forêt, où le rapport à la nature semble moins préoccuper que le cybercafé local...

Ces trois portraits font ressortir à la fois un besoin de connexion aux autres, comme au monde, internet et téléphone prenant une place fondamentale, alors que le travail devient une valeur relative, aussi méprisée que par moment nécessaire. Caméra à l’épaule très instable, Eduardo Williams accompagne ses personnages avec de longs plans séquences, dans un quotidien d’apparence banal, lors d’une traversée d’un parc ou d’une balade en pleine forêt. Une forme qui demande au spectateur de se laisser aller, captant à l’occasion des réflexions pertinentes sur le monde qui entoure les personnages (la discussion sur la magie « noire » et les hommes blancs…), pour apprécier notamment les formidables idées de transition entre chaque séquence (voir notamment la plongée dans la fourmilière entre les deux dernières). Un voyage déstabilisant au départ, qui a le mérite de tisser des liens invisibles, et de brouiller les limites entre documentaire et fiction, tout en offrant quelques paraboles intéressantes (notamment finale) sur l’aliénation par le travail.

Olivier BachelardEnvoyer un message au rédacteur

BANDE ANNONCE

TEASER THE HUMAN SURGE vod from Shellac films on Vimeo.

Laisser un commentaire