Banniere Festival d'Annecy 2024

SANS SIGNE PARTICULIER

Un film de Fernanda Valadez

Parcours croisés pour une peinture pessimiste du Mexique d’aujourd’hui

Voila deux mois que Magdalena n’a pas de nouvelles de son fils, Jesus, censé avoir passé la frontière des États-Unis. Reconnu sur des photos, le cousin de celui-ci est déclaré mort. Suite à l’enterrement, elle décide de traverser le Mexique à la recherche de son fils…

Sans signe particulier film movie

"Sans signe particulier" est un thriller crépusculaire qui fait se croiser les destins de deux personnages : une mère à la recherche de son fils disparu lors de son passage vers les États Unis et un jeune homme acceptant le retour au pays, proposé par les autorités américaines, après 5 ans passés sur le territoire. Efficace dans l’installation d’une menace persistante, le film montre d’emblée la nuit comme une source de danger, usant plus de la suggestion que d’une action véritable pour faire monter l’inquiétude. La simple présence d’un camion qui vient rouler à côté du truck dans laquelle est conduite la mère, devient ainsi une source d’inquiétude.

Déclinant une à une les fausses pistes, c’est la persévérance d’une mère, avertie à plusieurs reprises des dangers potentiels, que la caméra va accompagner d’étapes en étapes, levant un bout de voile sur tout un monde que certains ont intérêt à garder caché. Ceci tout comme elle accompagnera aussi dans l’inconnu le jeune homme retournant au pays, introduit par le passage de nombreux portiques avant que les multiples files de voitures qu’il remonte ne deviennent floues. Comme si des milliers d’anonymes faisaient le chemin inverse du sien, l’empêchant aussi d’avancer dans ce retour forcé. Résolument sombre, cette plongée dans les limbes de la frontière américano-mexicaine fait froid dans le dos, mais révèle une réalisatrice, Fernanda Valadez, fort justement récompensée en 2020 par le Prix Horizontes latinos au Festival de San Sebastián.

Olivier BachelardEnvoyer un message au rédacteur

BANDE ANNONCE

COMMENTAIRES

alain

jeudi 14 octobre - 9h30

trop de longueurs qui ne coûtent pas cher au réalisateur
il manque la traduction du personnage qui a fait le voyage en car que viens voir la mère
pas d intérêt pour le bucher de la fin

Laisser un commentaire