Bannière Festival d'Annecy 2019

SAMOUNI ROAD

Un film de Stefano Savona
Avec

Un documentaire percutant qui prend toute sa puissance dans sa deuxième partie

Au croisement de deux routes, au milieu de gravas, une petite fille dessine un cercle dans la terre battue pour indiquer où était planté un sycomore. L’année d’avant, cet arbre majestueux recouvrait toute la place de son village, jusqu’au jour où il disparut comme son père et 28 membres de sa famille lors d’une attaque d’une unité d’élite israélienne…

Samouni road film image

Les Samouni vivent dans la campagne proche de Gaza. Installés depuis des générations sur ces terres, ils ne sont pas réfugiés comme la plupart des habitants de la région. Ce statut particulier leur a permis jusqu’ici d’être plutôt épargnés par les 60 ans de conflit israélo-palestinien. Mais en 2009, l’armée israélienne a mené une attaque sans précédent sur leur village. Une grande partie de la famille fut décimée et la majorité de leurs habitations détruite.

En 2009, Stefano Savona tournait déjà à Gaza. Malgré la fermeture des frontières, il avait réussi à se rendre sur le terrain pour y filmer le quotidien des habitants pendant la guerre. Ses images, il les avait compilées pour réaliser son film "Plomb durci". C’est à cette occasion que le documentariste avait rencontré les Samouni. Pour le cinéaste, il était alors évident de réaliser un autre film sur cette famille, mais cette fois moins factuel. Son film prend donc le temps de comprendre leur histoire avant, pendant et après la tragédie.

Pour mener à bien ce nouveau projet, le réalisateur et sa scénariste optent pour trois vecteurs de narration. En premier lieu, ils recueillent les témoignages des membres de la famille un an après le drame. Pour évoquer l’attaque dans ses moindres détails, des images de synthèse retranscrivent le point de vue des drones israéliens. Enfin, pour raconter cette famille avant et après la tragédie, les auteurs vont choisir l’animation, permettant d’évoquer les disparus sans imposer à la famille de rejouer leur rôle ou de superposer des acteurs à leur personne.

Pour illustrer toute la noirceur de cette histoire, l’animation se dévoile gravée sur un fond noir de jais. Les marques de gouge, profondes et nerveuses, révèlent une histoire étouffée par la banalisation d’un conflit qui tue depuis des décennies. Elles dessinent, acérées, des éléphants de métal grinçants qui dévastent tout de leurs pas lourds, alors que des corbeaux larguent des quantités de cailloux explosifs. Dans la maison, les gravures se délient pour souligner les visages inquiets de cette famille qui ne comprend pas pourquoi ils sont visés. Les visages se crispent puis s’apaisent aux paroles réconfortantes du père qui pense que le dialogue résoudra tout. Mais les bêtes sont lâchées et rien n’arrêtera leur sinistre mission.

Ce travail d’orfèvre en matière d’animation demandera plusieurs années de réalisation. C’est pourquoi il aura presque fallu une décennie pour que ce documentaire voit le jour. Mais le jeu en valait la chandelle car toute la puissance du film réside dans ces flash-back gravés en négatif. On regrettera juste que le début soit un peu confus. Le réalisateur présente les rescapés dans leur quotidien un an après le drame, mais comme on ne connaît rien encore de l’ampleur de la tragédie, on a du mal à rentrer dans le film. Cependant dès que nous sommes plongés dans l’horreur de l’attaque, le film prend une profondeur percutante et on observe alors chacun des protagonistes sous un angle beaucoup moins anecdotique.

En effet, l’afflux d’images de guerre que notre subconscient absorbe rend notre vision du monde aseptisée. Et on devient, petit à petit, réticent à entendre de nouvelles horreurs. Mais, quand on voit ces jeunes orphelins se marier alors que quelques mois auparavant ils ne voulaient pas faire d’enfant pour qu’ils ne deviennent pas orphelins à leur tour, on comprend que l’espoir est permis et que le portrait du père qui trône sur cette petite place de terre battue veille, même après la mort, sur ses enfants meurtris.

Gaëlle BouchéEnvoyer un message au rédacteur

BANDE ANNONCE

Laisser un commentaire