Bannière Festival de Venise Mostra del cinema de Venezia 2021

THE RYAN INITIATIVE

Un film de Kenneth Branagh

Un reboot sans grand intérêt

Londres, 2001 : le jeune Jack Ryan est à l’université en économie à Londres alors que les États-Unis sont touchés de plein fouet le 11 septembre à New York. Il s’engage alors dans les Marines par patriotisme. Mais, lors d’une opération militaire, il est gravement blessé et doit passer par une phase de rééducation où un agent de la CIA lui propose de s’infiltrer dans une firme à Wall Street pour lutter contre le terrorisme. Dix ans plus tard, il est envoyé sur le terrain, à Moscou, pour contrôler un riche homme d’affaires qui cache de mystérieux comptes bancaires soupçonnés de mettre en danger les intérêts des États-Unis. La réalité du terrain est alors toute différente dès son arrivée à Moscou où un homme de main du milliardaire russe tente de l’exécuter…

Après le film de super-héros bourrin "Thor", Kenneth Branagh revient derrière la caméra (tout en se réservant un rôle devant) pour un film d’agents secrets bourrin. On est loin des excellents films d’action à la Paul Greengrass que l’on pouvait légitimement attendre. Et si on pense régulièrement aux "Jason Bourne", on ne peut pas dire ici que le niveau y est. La frénésie de l’action des Bourne ne se retrouve pas une minute à l’écran. Alors oui, Ryan n’est pas James Bond, c’est d’abord un analyste financier… On pense donc aussi aux "Mission : Impossible", mais là encore les agents avec lesquels travaille Ryan sont sous-exploités, le film se concentrant sur le duo Pine-Costner. Le héros de "Danse avec les loups" recouvre une certaine vitalité à l’écran ces derniers temps (on le verra d’ailleurs dans une production Besson en février prochain, "3 Days to Kill") mais on l’a connu beaucoup plus inspiré dans le choix de ses films, "The Ryan Initiative" étant somme toute assez banal.

Le jeune Chris Pine, le nouveau Capitaine Kirk des "Star Trek" de J.J. Abrahms, fait le job, entre charmant boyfriend de Keira Knightley et agent crédible dont la jeunesse semble faire un appel du pied aux adolescents féru de films d’action où les méchants russes tentent de mettre à mal le Pays de la Liberté. Sauf qu’à ce niveau-là on n’est plus proche d’un mauvais "Die Hard". Le méchant russe c’est Kenneth Branagh et il faut bien avouer qu’il excelle dans son rôle même si le scénario lui prête des scènes assez grotesques (celle du restaurant par exemple). Branagh maîtrise surtout les langues pour faire croire qu’il parle parfaitement le russe sans accent anglais et qu’il est un russe qui ne parle pas top mal l’anglais avec un petit accent russe. Vous me suivez ?

La relance d’une franchise sur Jack Ryan semble donc mal engagée alors qu’elle pouvait vraiment être justifiée vu les succès critique et public des précédentes productions ("À la poursuite d'Octobre Rouge", "Jeux de guerre", "Danger immédiat" et "La Somme de toutes les peurs"). A priori, elle devrait s’arrêter là… Mais ne pensez pas que "The Ryan Initiative" ne manque pas de charme ; si la déception est grande, reconnaissons que le film est correctement rythmé et on se laisse par moments prendre dans l’intrigue. Seulement, le scénario accumule trop de grosses ficelles et de désagréables impressions de déjà-vu. Au final, le film est un énième action movie qui peut se regarder sans déplaisir, mais qui risque de laisser de marbre les nombreux fans de Tom Clancy, de Keira Knightley, de Chris Pine, de Kenneth Branagh ou de Kevin Costner…

Mathieu PayanEnvoyer un message au rédacteur

BANDE ANNONCE




Powered by Preview Networks

Laisser un commentaire