Banniere_TOP 2020

RIDERS OF JUSTICE

Une comédie de vengeance très réussie

A Talin, une jeune fille souhaite avoir pour Noël une bicyclette bleue. Un coup de fil du vendeur plus tard et c’est la bicyclette d’une jeune fille danoise qui est dérobée. Raccompagnée en métro par sa mère en métro, celle-ci meurt dans une soudaine explosion, juste après qu’Otto, tout juste licencié de son labo de recherche, lui ai cédé sa place. Ayant remarqué un homme suspect dans la rame, ce dernier persuade alors le mari, que l’explosion n’était peut-être pas fortuite. D’autant plus, qu’un homme qui devait témoigner quelques jours plus tard contre son ancien gang, les Riders of Justice, a également trouvé la mort dans le supposé accident…

Riders of Justice film movie

Film d’ouverture du Festival de Rotterdam 2021, "Riders of Justice" est un film de vengeance, doublé d’une comédie réellement réussie, aux personnes secondaires croustillants. Autour d’un militaire, rentré d’urgence du Danemark à la mort de sa femme, et de sa fille, témoin de l’explosion qui a coûté la vie à celle-ci, c’est une histoire de complot autour du supposé assassinat d’un témoin capital dans une affaire de gang, qui se fait jour. Avec minutie, le doute s’installe, et le spectateur prend fait et cause pour ces personnages, alors que le scénario joue avec les notions de hasard et de preuves, au fil d’une enquête qui se transforme peu à peu en mission vengeresse.

En venant très rapidement à développer, au travers d’une présentation calamiteuse de leurs travaux de recherche, deux des personnages secondaires, Otto et son collègue, à la fois maladroits, lunaires et scientifiquement consciencieux, le scénario leur fait former avec un hacker obèse, un trio des plus attachant. Servant d’abord de déclencheurs à l’enquête, ils deviennent les complices du père (Mads Mikkelsen), dans sa quête de vengeance, contribuant maladroitement à ses pulsions violentes, et servant d’alibi auprès de la fille, en jouant les faux psychologues. Alliant véritables scènes d’actions et vrais moments de comédie, "Riders of Justice" évoque avec justesse deuil et sentiment de culpabilité.

Olivier BachelardEnvoyer un message au rédacteur

BANDE ANNONCE

Laisser un commentaire