Banniere_Festival_Lumiere_2020

RICKI AND THE FLASH

Un film de Jonathan Demme

Ricki : world’s coolest mother

Pour poursuivre son rêve de devenir une rock star, Linda (alias Ricki Rendazzo) a quitté son mari et s’est éloignée de ses enfants. Aujourd’hui, son groupe ne joue que dans un petit bar local et elle est forcée de travailler en tant que caissière pour arrondir les fins de mois. Cependant, elle se voit donner une seconde chance lorsque Pete, son ex-mari, lui demande de venir en aide à leur fille, très dépressive après une rupture difficile.

On a beau le savoir, après tant d’années, le talent de Meryl Streep finit toujours par nous surprendre. Nous la retrouvons, cette fois encore, dans un rôle étonnant, qui n’est d’ailleurs pas sans rappeler sa performance dans "Mamma Mia !" ! Elle est pétillante, fabuleuse et, surtout, très touchante. À l’image du film lui-même. "Ricki and The Flash" réunit tous les éléments de la comédie familiale américaine, donc rien de très original de ce côté-là mais il n’en reste pas moins drôle. On notera en particulier la scène du restaurant, probablement déjà culte.

Si on savait que Meryl Streep savait chanter ("Mamma Mia !", "Into The Woods"…), on ignorait encore ses talents de guitariste. Époustouflant ! De Tom Petty à Bruce Springtseen, en passant par Lady Gaga, ses interludes musicaux donnent au film son charme particulier et nous donneraient presque envie de nous lever de notre siège pour danser.

En film américain qui se respecte, on ne peut évidemment en ressortir sans être passé par une leçon de vie poignante : que signifie être mère ? Où doit-on poser la limite de la poursuite de nos rêves…? Des sujets délicats et universels qui sont parfois abordés à la limite de la caricature, hélas. Comme la conclusion pleine d’émotions qui va même jusqu’à nous tirer la larme à l’œil. Des clichés en veux-tu en voilà qui finissent parfois par être efficaces ! Au final, le film est une comédie avec beaucoup de cœur qui pourrait bien avoir le fort potentiel de réchauffer le vôtre en cette dure période de rentrée.

Justine TurchetEnvoyer un message au rédacteur

Laisser un commentaire