Bannière Festival de Berlin - Berlinale 2020

REPO MEN

Un film de Miguel Sapochnik

L'arracheur arraché

Dans le futur, les humains ont allongé et amélioré leurs vies grâce à des organes artificiels sophistiqués et coûteux créé par une compagnie appelé The Union. La face sombre de ces avancées médicales est que si vous ne payez pas votre facture, The Union envoie ses très compétents Repo Men pour reprendre sa propriété. Remy est l'un d'eux...

Quelle déception que ce "Repo Men" ! Il y avait pourtant de tout pour faire un excellent film : un casting en or (Jude Law, Forest Whitaker, Liev Schreiber, Carice Van Houten), un sujet d'anticipation fort et percutant, un réalisateur débutant fan de science-fiction... Las, dès les premières minutes, on se rend compte que quelque chose ne tourne pas rond au pays des Repo Men.

C'est principalement de cohérence que manque le premier film du méritant Miguel Sapochnik. Mauvais directeur d'acteurs (si Jude Law est impeccable, il est bien triste de voir Forest Whitaker en roue libre) à l'ambition mal gérée (des tunnels de dialogues ineptes pour quelques scènes d'actions, mouais), le cinéaste débutant s'empêtre bien malgré lui dans un récit imbécile délaissant l'excellente Carice Van Houten au profit de la très fade Alice Braga, à l'humour mal placée (la voix off), aux séquences d'action, certes bien gores et mouvementées, inégales (un combat dans un couloir fabuleux, pour des fusillades anonymes et sans génie) et aux influences trop disparates pour séduire ("Total Recall", "Old Boy", "Blade Runner", mais aussi "Shining" ou "Repo! the Genetic Opera" !), avant une conclusion tellement prévisible et kitsch qu'elle en devient gênante... Dommage.

Frederic WullschlegerEnvoyer un message au rédacteur

Laisser un commentaire