Bannière Festival de San Sebastian 2021

PLUIE DU DIABLE

Un film de Philippe Cosson

Un pays dévasté pour… rien !

Victime de bombardements incessants par l’US Air Force pendant la guerre du Vietnam, le Laos est aujourd’hui le territoire le plus miné du globe. Par l’intermédiaire de témoignages et d’images d'archives, Philippe Cosson revient sur les causes et les ravages de l'acharnement des Etats-Unis contre ce petit pays d’Asie du sud-est, dont le seul tort était de se situer entre le Vietnam et la Thaïlande...

84 millions de bombes à sous-munitions non-explosées jonchent aujourd’hui le sol du Laos, soit 14 mines par habitant ! Telle est l’horrible résultante de huit années d’enfer où les Etats-Unis ont impunément bombardé ce pays au rythme effrayant d’un raid toutes les 40 minutes. Géographiquement emboîté dans l’arc vietnamien, le Laos était le plus court chemin emprunté par les Viet-Minh pour relier le Nord au Sud Vietnam. Provoquer le chaos sur ce pays était donc, pour les troupes américaines, le meilleur moyen d’éviter que toute la région ne tombe aux mains des communistes.

Aujourd’hui encore, les Etats-Unis nient tout bombardement sur ce pays à qui ils n’ont jamais officiellement déclaré la guerre. Le reconnaître impliquerait l’obligation morale pour le gouvernement américain de dépolluer la zone, mais aussi de désavouer Kennedy, ce qui, pour une présidence démocrate, est encore nullement envisageable. Seul geste de l’oncle Sam envers le Laos : la délivrance à la fin des années 90 de ses cartes militaires indiquant les cibles bombardées. Un acte dérisoire en comparaison avec les dommages effroyables provoqués par l’armée américaine.

Amoureux du Laos depuis 30 ans, Philippe Cosson signe ici un documentaire accompli pour expliquer cette sombre période de l’histoire contemporaine. De Savannakhet à Washington, en passant par le salon de l’armement à Paris, le documentariste donne la parole à plusieurs protagonistes du passé et du présent. De village en village, il rencontre les victimes et leur famille. Parallèlement, il s’entretient avec des vétérans de l’US Air Force qui, quotidiennement, larguaient des bombes à sous-munitions sur le territoire laotien. Un travail d’historien parfaitement didactique qui, illustré de pertinentes images d’archives, décortique les différents événements du conflit.

Sans voix off, ni questions, il ne tombe jamais dans le voyeurisme et laisse s’exprimer les opinions de façon totalement objective. Il recueille ainsi des propos parfois atterrants, comme ceux d’un marchand d’armes américain qui, tout sourire, vante l’efficacité des nouvelles “cluster bombs”. Enfin, le réalisateur s’attache particulièrement à décrire le travail délicat et périlleux des démineurs. Un chantier de longue haleine vu l’indifférence de l’opinion internationale envers un pays encore du mauvais côté de la barrière.

Par un montage minutieux et efficace, Phillippe Cosson sert admirablement son sujet. En résulte un documentaire captivant qui permet à tout un chacun d’avoir une vision éclairée sur les dommages collatéraux que peuvent provoquer les conflits armés. Un film important, qui met enfin en lumière la dévastation du Laos, pays meurtri victime de l’impunité et du mensonge d’état.

Gaëlle BouchéEnvoyer un message au rédacteur

BANDE ANNONCE


Bande annonce par Filmtrailer.com

Laisser un commentaire