Banniere_Fete_Court_Metrage_2021

PICCOLO, SAXO ET CIE

Les petits et les musiciens vont aimer, les petits musiciens vont adorer !

Sur la planète Musique, tous les instruments jouent en parfaite harmonie, les violons s’accordent à merveille avec les trompettes, les tambours jouent à l’unisson avec les hauts bois et les notes s’envolent de bonheur. Mais un jour, ô malheur, les clés de Sol, Fa et Ut disparaissent et les soupçons se portent sur chaque famille d’instruments créant un climat de suspicion et de ressentiment sans précédent sur la planète. Ceci n’empêchera pas Piccolo, le jeune Haut bois, et Saxo, le turbulent cuivre, de s’associer pour retrouver celles qui pourront rétablir l’harmonie...

Joli dessin animé qu'il nous est offert de voir en cette fin d’année où l’offre est souvent plus importante que la demande ! Ici, cocorico, il s’agit d’un film français en 3D aux allures de grand dessin animé d’outre-atlantique. Le scénario jette sa partition sur le monde de la musique pour raconter l’histoire de deux jeunes instruments qui vont unir leurs forces et leurs différences afin de déjouer les plans d’un dangereux voleur de clés (de musique !). Une série d’aventures les attendra et ils seront confrontés à des choix difficiles et à leurs propres peurs.

Les dialogues font souvent mouche et devraient abondamment faire rire les enfants. On retiendra notamment la vanne implacable « tu pues du bec » lancée au clan des flûtes ou ce que s’exclame Saxo tout gêné « oups j’ai lâché un vent ! ». La musique, elle, est à la hauteur de la place qu’elle occupe dans l’histoire, tout à la fois prenante lorsqu’il s’agit d’un solo comme le blues joué par l’oncle de Saxo et entraînante lorsqu’il s’agit d’une chanson reprise en chœur par tous les héros du film ! Des héros aux voix prestigieuses, parmi lesquels on notera la présence de Jean-Baptiste Maunier (le célèbre choriste du film éponyme) et Anaïs, la célèbre chanteuse de la nouvelle vague.

Si on pouvait donner plusieurs notes à un film, celui-ci en aurait eu deux : celle du critique charmé par les élégances graphique et musicale mais pas non plus emballé par l’histoire parfois simplette et celle des enfants, à qui s’adresse prioritairement « Piccolo, Saxo et Cie », qui devraient passer 1 h 20 de bonheur à en prendre plein les mirettes et les oreilles.

Mathieu PayanEnvoyer un message au rédacteur

Laisser un commentaire