Parce qu'on en a jamais assez !

PALMA REAL MOTEL

Un film de Aarón Fernandez

Attachant

À 17 ans, Sebastián rend service à son oncle et reprend temporairement la direction de son petit motel qui sert de repère aux jeunes amants et couples adultères désireux de passer inaperçus. Au fil de la clientèle de passage, son attention se porte sur ce couple d'habitués, et particulièrement sur Miranda qui attend son amant toujours en retard pour leurs rendez-vous coquins…

Au large de Vera Cruz subsiste un petit motel, repaire pour amants d'un soir, couples habitués et non mariés voulant s'offrir bon temps et discrétion à moindres frais. Suite un impératif, le propriétaire confie les clés de l'établissement à son neveu de 17 ans. Sebastián prend la tâche à cœur. Il s'occupe de l'accueil des clients, toujours pressés pour obtenir les clés de leurs chambres de jouissance, et nettoie les chambres en l'absence de la pourtant promise femme de ménage.

Il n'y a pas beaucoup d'animation dans ce coin morne du Mexique. Sebastián a beaucoup de temps à tuer entre deux clients. Les couleurs des chambres sont affublées d'un bleu passé, alors un petit coup de peinture l'occupera la journée. Parmi les habitués, il y a Miranda, une ravissante jeune femme qui vient régulièrement retrouver son amant marié dans l'une des chambres de Sebastián. Mais son amoureux, lorsqu'il ne lui pose pas de lapin, est toujours en retard … C'est pendant les heures creuses du motel que Sebastián et Miranda vont apprendre à se connaitre et Sebastián ne résistera pas longtemps au charme de la belle...

Simple, efficace et tout en retenue, Aarón Fernandez livre avec ce film une charmante histoire d'amourette et de découverte de la sexualité. La relation naissante entre Miranda et Sebastián est amenée sans aucune fausse note. Les deux acteurs sont simplement attachants et justes dans l'expression de cette relation de circonstance. Aarón Fernandez a beau adopter un style contemplatif, aucun plan ne dure trop longtemps. Il y a une parfaite maitrise du rythme et du sujet. L'admiration qu'éprouve Sebastián envers cette jeune femme est contagieuse et le réalisateur mexicain a l'intelligence de terminer cette tranche de vie de manière élégante et appropriée.

Alexandre RomanazziEnvoyer un message au rédacteur

BANDE ANNONCE




Powered by Preview Networks

Laisser un commentaire