Bannière Festival de San Sebastian 2021

OSS 117 : ALERTE ROUGE EN AFRIQUE NOIRE

Un film de Nicolas Bedos

Alerte rouge sur la qualité !

OSS 117 est de retour ! Et cette fois, il est envoyé en Afrique de l’Est, suite à la mystérieuse disparition du jeune OSS 1001, pour aider un dirigeant à calmer les sentiments insurrectionnels de sa population Un chose est sûre : Hubert Bonisseur de La Bath n’a pas changé…

OSS 117 3 : Alerte rouge en Afrique noire film movie

Imaginer OSS 117 sur grand écran sans Michel Hazanavicius aux commandes, c’est un peu comme si on vous offrait votre gâteau préféré mais cuisiné par un enfant qui ne maîtrise pas encore l’art subtil de peser les quantités. Et bien, c’est précisément ce qu’il se passe avec ce troisième volet des aventures d’Hubert Bonisseur de La Bath, le nouveau chef, Nicolas Bedos, ne réussissant jamais à trouver l’équilibre dans son récit, alternant entre humour gras et séquences plus terre à terre maladroites. L’agent secret français le plus nigaud est fidèle à lui-même : misogyne, patriote, xénophobe, au point que certains se demandaient si un tel humour pouvait encore exister en 2021. Si la réponse à ce questionnement est devenue un sujet de société, la réponse cinématographique pouvait se limiter à l’axiome : « tant que c’est drôle, ça marche ».

Malheureusement, là où dans les premiers opus le rire venait du décalage des situations, de ce personnage complètement à côté qui ne se rendait pas compte des absurdités qu’il déballait, ici, le protagoniste prend conscience de lui-même, annihilant l’effet de ses propres vannes. Surtout, en rajoutant une surcouche moralisatrice, comme pour montrer que l’époque a changé, le film procure l’effet inverse, mettant en scène un homme capable de comprendre que ses dires sont contestables mais continuant pourtant à enchaîner les diatribes politiquement incorrectes. En transformant ce paradigme, Nicolas Bedos altère ainsi une série de pure comédie en un objet hybride, utilisé parfois pour régler ses propres comptes (notamment son rapport au mouvement #MeToo) et trop peu risible.

Au-delà de ces partis pris douteux, l’intrigue en elle-même déçoit, reposant sur le principe éculé de l’opposition entre les nouvelles et anciennes générations. Lorsqu’Hubert est envoyé en Afrique de l’Est pour épauler un dirigeant en proie à des agitations contestataires dans son pays, son autre mission est également de retrouver le jeune OSS 1001 dont la trace a été perdue. Le métrage devient alors un buddy movie empoté, rarement cocasse, dont seules certaines répliques nous sortent de l’ennui dans lequel nous avions plongé. Plus inspiré sur les dialogues que sur le comique de situation, "OSS 117 : Alerte rouge en Afrique noire" confirme qu’il vaut des fois mieux laisser reposer les classiques des décennies précédentes, histoire d’éviter de détériorer son héritage…

Christophe BrangéEnvoyer un message au rédacteur

BANDE ANNONCE

À LIRE ÉGALEMENT

Laisser un commentaire