Parce qu'on en a jamais assez !

LES OPTIMISTES

Avec

Souffle de vie

Goro, Lillemor, Birgit, Irma, Gerd, Aase Marit, Marit, Anni, Eldbjorg et Olay sont huit des quinze équipières d'une équipe de volley-ball norvégienne composée de membres âgées entre 66 et 98 ans. Pleine d'énergie, cette équipe se cherche un adversaire, qu'elle trouve, en un club suédois. Le match et le voyage se préparent...

Difficile de rendre proprement passionnant le quotidien de personnes du troisième âge. Difficile de captiver aussi, en touchant du doigt les rites sociaux d'une génération aussi éloignée de la notre. Pourtant Gunhild Westhagen Magnor arrive avec finesse, au travers de ces portraits successifs de joueuses de volley-ball, à nous faire éprouver de la tendresse pour ces femmes volontaires, débordantes de vie, aux contextes personnels très différents.

Elle réussit surtout à évoquer avec tact les difficultés liées à la vieillesse, le manque de souplesse, la lenteur, la maladie qui rode (la très belle scène lorsqu'une d'entre elles regarde de vielles coupures de presse et pointe celles emportées par le cancer...), l'inadaptation des objets modernes (la cuisinière à gaz avec de « gros boutons » à encore de belles années devant elle...), ou encore l'autonomie qui disparaît progressivement.

Tout ici, de manière positive, évoque les problèmes du quotidien, alors que s'affiche un bel esprit d'équipe et surtout un optimisme à tout crin. L'une des premières scènes l'annonce d'ailleurs, alors que la plus âgée, 98 ans, regarde le nouveau calendrier et exprime son impatience de voir ce que "cette nouvelle année va donner". Malheureusement, le choix d'intermèdes musicaux inspirés de musique mexicaine, certainement pour mieux souligner le dynamisme des protagonistes, s'avère être la mauvaise idée du film. Restent ces femmes, attachantes, nous proposant une belle ode à la vie.

Olivier BachelardEnvoyer un message au rédacteur

Laisser un commentaire