Banniere Festival Alpe d'huez 2023

OH BOY

Un film de Jan Ole Gerster

Berlin revisité avec humour et mélancolie

Plus vraiment étudiant, mais pas encore tout à fait adulte, Niko est un jeune berlinois profitant d’une insouciante liberté. Lors d’une journée anodine, il erre dans la capitale à la recherche d’un simple café. Pourtant, son chemin sera semé d’embûches et de rencontres aussi drôles et marginales les unes que les autres…

24h de la vie d’un homme, c’est quoi finalement ? Travailler, manger et dormir ? Niko, le personnage principal de "Oh Boy" n’est pas ce qu’on peut appeler « un modèle de réussite sociale ». Jan Ole Gerster en fait pourtant une histoire touchante et drôle sur un fond jazzy et une esthétique noir et blanc rappelant les meilleures inspirations de Jim Jarmusch, "Coffee and Cigarettes" en premier lieu.

Si "Oh Boy" démarre par une scène d’intérieur, réminiscence assumée d’"À bout de souffle" de Godard, c’est pour mieux s’en extirper et commencer une ballade au cœur d’un Berlin speed et matinal, joliment capturé par le noir et blanc du réalisateur dont c’est ici le premier film. Niko est au cœur du récit, mais ce sont les personnages secondaires qui façonnent cette journée par leur attitude marginale et désinvolte. Le burlesque est grinçant, les situations cocasses, et le comique de situation plutôt réussi. Néanmoins, il règne dans "Oh Boy" une certaine forme de mélancolie, la nécessaire allusion au passé traduisant une certaine forme de solitude. Le choix de rire du passé est ainsi la grande force de ce film, le comédien jouant l’officier nazi et Judika. Des errances aux rencontres aléatoires de Niko, le film de Jan Ole Gerster est une savoureuse ballade rythmée par une musique jazz des plus agréables. Dans sa courte unité de temps, "Oh Boy" nous renvoie à "Oslo, 31 août" de Joachim Trier avec lequel il partage de nombreux points communs, la profondeur du personnage principal en moins cependant. Ces petites saynètes s’enchaînent non sans un certain plaisir, mais Niko a du mal à s’élever au-dessus des autres personnages. C’est dommage, car c’est lui le sujet du film. Malgré les plans répétés sur les transports en commun, témoins d’une ville qui bouge sans Niko, Jan Ole Gerster fait preuve d’audace et d’inventivité dans sa mise en scène. Sa caméra saisit alors admirablement les errances de son héros, inquiet sans l’être totalement, dans un monde qui lui semble de plus en plus étranger.

Voir "Oh Boy" revient à s’échapper pendant un court moment de la réalité et apprécier l’imaginaire insouciant proposé par le réalisateur allemand. N’est-ce pas d’ailleurs la fonction même du cinéma de vous emmener en ballade et de vous faire rêver le réel durant un temps défini ? En cela, le pari de Jan Ole Gerster est réussi. Installant une ambiance douce et mélancolique, il convainc le spectateur de visiter ce Berlin d’aujourd’hui en compagnie de Niko, symbole d’un entre-deux âges difficile à surmonter.

Hugo RicoultEnvoyer un message au rédacteur

BANDE ANNONCE




Powered by Preview Networks

Laisser un commentaire