Banniere_Presidents_US_fictifs_au_cinema

MON BABYSITTER

Un film de Bart Freundlich

Coup de foudre à Cougar-city

Sandy est une mère au foyer, comblée par ses enfants, sa petite vie réglée dans une banlieue américaine aisée… jusqu’au jour où elle surprend son mari en train de la tromper avec une voisine. Cet électrochoc la décidera à déménager à New York et à reprendre sa vie en main, trouver un travail, et une baby-sitter pour s’occuper de ses enfants. Mais la belle quadra va peu à peu tomber sous le charme du jeune homme qu’elle engage pour garder ses enfants...

Cela faisait bien longtemps que Catherine Zeta-Jones n’était pas apparue sur les écrans, et c’est en mère célibataire (ou célibattante) qu’elle fait son retour, dans une comédie romantique qui va faire renouer la star avec un public, fan de comédies ‘fleur bleue’.

Surfant sur la vague des divorces, des « desperate housewives » et des cougars (quarantenaires qui trouvent une seconde jeunesse auprès de jeunes hommes de 20 ans leurs cadets), « Mon babysitter » est une gentille petite comédie qui se veut dans l’ère du temps. Après « Le plan B », où les femmes font des enfants seules, « Donne moi ta main », où les femmes demandent leurs hommes en mariage, « Mon babysitter » aborde sans complexe la différence d’âge dans le couple, malgré les regards et qu’en-dira-t-on, sans jamais faire passer notre héroïne pour une cougar assoiffée de sang jeune et frais, mais plutôt simplement pour une femme qui tombe sous le charme d’un jeune homme mûr.

Forcément, quelques éléments se voulant comiques ont été ajoutés à cette banale histoire : un blind date catastrophique, un cours de self-defense coaché par une lesbienne revancharde, des rencontres louches dans un New York peuplé de clochards exhibitionnistes… Néanmoins, cette petite comédie sera agréable à regarder pour tous les cœurs d’artichauts, bien que ne présentant que peu d’intérêt (à part pour un divertissement de dimanche après midi)… S’il n’y a qu’une seule chose à retenir, c’est que Catherine Zeta-Jones est encore une magnifique femme, à la quarantaine rayonnante.

Véronique LopesEnvoyer un message au rédacteur

BANDE ANNONCE

Laisser un commentaire