Parce qu'on en a jamais assez !

THE MISSING GUN

Un film de Lu Chuan

L'arme fatale !

Un policier découvre au petit matin que son arme a disparu. Il doit absolument la retrouver avant que quelqu’un ne l’utilise et profite de la rareté des armes à feu dans la Chine rurale.

Premier film du réalisateur Lu Chuan (« Kekexili La patrouille sauvage » et « City of Life and Death » par la suite), « The Mission Gun » est un film un peu ovni qui cherche ses marques. Au lendemain d’un mariage bien arrosé, un policier ne trouve plus son arme. Il va devoir alors devoir se remémorer qui était présent à ce mariage et que faisaient les invités, pour essayer de retrouver son arme avant qu’un malheur n'arrive. On peut penser alors que le réalisateur va nous emmener vers une histoire larmoyante sur un flic ayant un cas de conscience par rapport à la perte de son arme (un peu comme John C. Reilly dans « Magnolia ») ou que les forces de police vont l’aider à retrouver l’objet perdu (« PTU » de Johnnie To). Ce n’est pas le cas. Lu Chan en profite pour dresser avec une certaine dose d’humour grinçant le portrait des habitants d’un petit village, où tout le monde a quelque chose à cacher et où les magouilles sont monnaie courante.

Tous ces habitants ont un grand cœur et sont pour la plupart des bras cassés (à commencer par notre héros). Le bon esprit du "cheap" prouve que l'absence de moyens n'est pas forcément un handicap, et que l’on peut faire quelque chose d’efficace si l’on maitrise son histoire… Or c’est là que le film dérape. En incluant une seconde intrigue autour d’un meurtre produit avec l’arme, le ton ne décolle pas. Quelqu’un s’est fait tuer, mais personne ne s’affole vraiment en dehors du policier. Pire, le final des plus ridicules annule tout ce que le film avait construit sur toute sa durée.

L'idée est sympa, l'approche originale, mais il ne faut pas oublier qu’un film est comme un match de foot : ca se maitrise jusqu’à la fin, au risque de perdre tout ce qui est acquis depuis le début !

François ReyEnvoyer un message au rédacteur

Laisser un commentaire