MEN

Un film de Alex Garland

Un film d'horreur où le mâle en prend pour son grade

Harper a décidé de louer une grande demeure dans la campagne anglaise. Décidant de se promener à proximité, elle croit voir une silhouette à l’autre bout d’un tunnel désaffecté. Puis, alors qu’elle prend une photo de bâtiments à l’orée des bois, elle voit apparaître un homme nu. Une présence qui semble ensuite roder autour de la maison, se faisant menaçante…

Men film movie

Présenté à la Quinzaine des réalisateurs, "Men" n'est autre que le nouveau film du réalisateur du cultissime "Ex Machina" et de "Annihilation", sorti sur Netflix. Une fois de plus, Alex Garland, dont c'est le troisième long métrage, s'intéresse à l'influence du mental sur la perception du danger, jouant ici avec les codes du film d'horreur, et non du fantastique, pour mieux explorer les souffrances de son héroïne. Quelle est donc la part de réalité dans ce que perçoit Harper ? Est-elle réellement traquée, par une présence masculine rodant dans les bois puis autour de la maison ? Les indices se dévoilent peu à peu, construisant un discours sous-jacent sur l'emprise de l'Homme, et ramenant chaque fois vers la conclusion malheureuse de la dernière relation du personnage.

Maîtrisant parfaitement ses effets, minimum au début, Alex Garland ouvre le film sur l'aspect bucolique de la campagne anglaise et les envies de respiration de son personnage, celle-ci jouant par exemple avec l'écho que lui offre la voûte d'un tunnel désaffecté. Mais à y regarder de plus près, le film sera entièrement construit autour de cette notion d'écho, dans les répercutions du geste, volontaire ou non, de l’ancien compagnon d’Harper, comme dans certaines caractéristiques physiques de celui-ci, mais aussi dans l'attitude des hommes en générale, au travers de chacun des rares personnages croisés par celle-ci. Le spectateur se doit ainsi d'être attentif, autant aux gestes et attitudes, qu'aux similitudes. Car c'est dans la thématique de la reproduction, comme le suggère avec intelligence l'incroyable scène de climax, que se trouve la critique de fond, visant patriarcat et domination masculine. Un véritable film d'horreur, provoquant tension et sursauts, porteur d'un vrai message d’actualité.

Olivier BachelardEnvoyer un message au rédacteur

BANDE ANNONCE

À LIRE ÉGALEMENT

Laisser un commentaire