Banniere Festival d'Annecy 2021

LE MÉDECIN DE FAMILLE

Un film de Lucia Puenzo

Le loup dans la bergerie

Argentine, 1960. Un homme mystérieux, vraisemblablement allemand, rencontre une famille argentine à une station service. Ne connaissant pas la route, il demande à les suivre vers Bariloche, où la famille s’apprête à ouvrir un hôtel. À cause d'un violent orage, le convoi doit se réfugier dans une grande propriété et ils commencent à faire connaissance. Un dialogue se noue en particulier entre le médecin allemand et la fille de la famille, Lilith. Arrivés à destination, le médecin décide de s’imposer, et devient le premier client de leur chambre d’hôtes. D’abord charmée, la famille voit dans sa présence et son argent une opportunité de démarrer leur nouvelle entreprise, mais petit à petit, il découvre que ses intentions sont moins généreuses et désintéressées qu’ils le pensaient…

Un des intérêts principaux de ce film réside dans son contexte politique : la cohabitation entre les Argentins de souche et les Allemands immigrés, qui sont venus peuplés l’Argentine, depuis le XIXe siècle. Certes, le pays a pu bénéficier de cette émigration, notamment par rapport au système éducatif, à la médecine et aux industries qui ont permis de dynamiser le pays, après son indépendance, du fait des richesses et savoir-faire que les Allemands ont emmenés avec eux. Néanmoins, la réalisatrice met le doigt sur la défiance qu’aurait dû avoir son pays envers ses nouveaux arrivants, dont nombre de nazis, après la défaite de l’Allemande en 1945.

Et c’est cette métaphore du loup qu’on laisse entrer dans la bergerie que Lucia Puenzo utilise en narrant l’histoire de Lilith. Petit à petit, le médecin allemand va se faire accepter de la famille par ses largesses et son charisme, afin d’arriver à ses fins : faire de Lilith son rat de laboratoire, afin de tester les hormones de croissance sur l’humain (Lilith ayant un fort retard de croissance pour son âge).

En parallèle de ces expérimentations, la réalisatrice amène son sujet par le biais d’un projet du père de famille de fabrication de poupées, disposant d’un cœur. La perfection recherchée par les deux hommes, le père de famille et le médecin, se rejoignent finalement dans leur projet. L’un cherchant à recréer mécaniquement une poupée des plus ressemblantes avec la réalité, et l’autre dans la quête du corps parfait et standardisé.

La tension de ce drame est entretenue par la progression des expérimentations du docteur, l’agacement que la lenteur des résultats lui procure, mais aussi par la traque dont il est la cible par le gouvernement israélien (qui avait mis en place un réseau d’agents secrets pour retrouver les nazis en fuite). Une course contre la montre pour une fillette dont le traitement doit lui permettre de grandir, pour un médecin en quête de résultat et pour un pays en quête de justice, le tout dans un paysage magnifique de montagnes, au climat tourmenté, parfaitement exploité par une mise en scène sobre et ample.

Véronique LopesEnvoyer un message au rédacteur

BANDE ANNONCE




Powered by Preview Networks

Laisser un commentaire