Bannière Festival Lumière 2021

LES MÉSAVENTURES DE JOE

Un film de Vladimír Pikalík
Avec les voix de

Une tendre plongée dans l’animation slovaque des années 80

Joe est comme tous les enfants : quelle que soit la situation, il cherche à s’amuser…

Les Mésaventures de Joe film d'animation animated movie

"Les Mésaventures de Joe" est un programme réunissant cinq courts-métrages slovaques réalisés entre 1981 et 1990, utilisant des marionnettes mues grâce à la technique de l’animation en volume. Durant de six à dix minutes chacune, ces histoires à hauteur d'enfant font la part belle à l'imaginaire et à l'espièglerie. Avec tendresse, les cinq récits suivent le petit Joe (« Jožinko » dans la version originale slovaque) dans son quotidien de gamin. Il fait l'expérience naïve du monde qui l'entoure, toujours à la recherche d’une façon de s’amuser, seul ou avec d’autres enfants.

La plupart des scènes prend appui sur des situations simples qui devraient facilement parler aux plus jeunes (mais qui, par conséquent, ne sont pas toujours palpitantes pour un âge supérieur). Dans le premier court, "Joe ne sait pas à quoi jouer" ("Ako Jožinko menil až vymenil", 1981), le personnage principal s’amuse avec divers objets qu’il trouve dans la rue, puis il échange son jouet avec celui d’un autre enfant, et ainsi de suite dès qu’il en croise un nouveau. S’ensuit "Joe à la pêche" ("Jožinkova rybačka", 1981), sans doute le moins emballant de la sélection, dont le titre dit tout : le garçon et ses deux copains tentent d’attraper des poissons… et il ne se passe pas grand-chose, la poésie de la mise en scène n’étant guère suffisant pour relever le tout. À ce stade-là du programme, la musique lancinante fait redouter l’endormissement, et, même si c’est anecdotique, on peut regretter que le générique introductif de chaque segment soit relativement long et ne tienne pas compte de l’analphabétisme du public cible ! Heureusement le meilleur reste à venir, avec trois films plus rythmés.

Le troisième segment peut s’avérer un peu plus compliqué à digérer pour les 3-5 ans : "Joe et la Maison hantée" ("Ako sa Jožinko prestal báť", 1982) a en effet de quoi effrayer quelques bambins, entre autres avec ses effets sonores à base de réverbérations. Mais cela reste évidemment bon enfant et plutôt drôle. Vient ensuite le plus burlesque des cinq films, "Joe au zoo" ("Jožinko v zoo", 1986), avec une particularité plutôt rare dans les œuvres de jeunesse : montrer le héros entièrement nu, sexe bien apparent (hormis avec le célèbre "Kirikou", la nudité est souvent taboue dans les productions pour enfants). Pour terminer, "Joe et les Extra-terrestres" ("Jožinkovo vesmírne dobrodružstvo", 1991) propose un récit un peu plus complexe, mais tout aussi sympathique et farfelu que le film précédent.

L'ensemble s’avère donc très accessible pour les 3-5 ans, notamment avec la quasi absence de dialogue : outre quelques mots par-ci par-là (qui ne sont même pas traduits car ils ne sont pas indispensables pour la compréhension), les personnages s’expriment avec des regards, des mimiques, des borborygmes, des onomatopées ou encore des sifflements.

Notons pour conclure que ce programme a par ailleurs une saveur patrimoniale qui peut plaire aux adultes (notamment les plus cinéphiles), en offrant un regard sur la vieille tradition de l’animation de l’ex-Tchécoslovaquie, généralement méconnue du grand public dans nos contrées occidentales. Si on peut trouver quelques œuvres plus célèbres côté tchèque, avec "La Petite Taupe" ou "Pat et Mat", la production des Studios cinématographiques slovaques de Bratislava est encore plutôt ignorée. "Les Mésaventures de Joe" nous offre donc une belle opportunité, celle de découvrir l’œuvre de Vladimír Pikalík, réalisateur décédé en 2000.

Raphaël JullienEnvoyer un message au rédacteur

BANDE ANNONCE

Laisser un commentaire