Parce qu'on en a jamais assez !

LEGEND OF THE FIST: The return of Chen Zhen

Une scène d’ouverture et puis c’est tout

Dans les années 20, la grande Shanghaï est infestée par les japonais et la corruption. Un mystérieux étranger revêtant les traits de Chen Zhen, mort sept ans plus tôt, décide d’infiltrer la mafia locale enrôlée pour tuer les ennemis de l’occupation japonaise...

Sortie directement en DVD et Blu-Ray le 01 juin 2011

S’ouvrant sur une superbe séquence d’ouverture à la chorégraphie martiale complètement impressionnante et jubilatoire, « Legend of the Fist » commence sous les meilleurs auspices. Malheureusement, il faudra vite se rendre compte de l’évidence: Wai Keung Lau et Donnie Yen auront tout donné pour cette première scène. Le reste du métrage n’effleurera même plus ce degré de maîtrise. On sombrera alors dans une reconstitution de l’effervescence culturelle de la capitale chinoise des années 1920, rappelant fortement de la France raffinée du début du XXème siècle.

Le Shanghaï des années 20, avec ses cabarets french cancan, une romance des plus niaises et des répliques frôlant le ridicule, « Legend of the Fist » n’est finalement qu’un film de kung fu très banal. Malgré ses multiples tentatives pour se démarquer à travers sa reconstitution historique qui accuse un budget visiblement très limité (ce Shanghaï-là n’aura droit qu’à une rue), le scénario est loin de susciter l’intérêt, perdu entre une histoire d’amour fleur bleue et une histoire de vengeance et de complot politique de japonais noyée par une profusion de personnages secondaires.

Pour finir, les séquences de combats demeurent sans saveur et sont parfois interminables et illisibles. Le plus agaçant reste certainement ces provocations ridicules entre deux échanges de coups, nous rappelant que l’écriture de « Legend of the Fist » n’est définitivement pas son point fort.

Alexandre RomanazziEnvoyer un message au rédacteur

Laisser un commentaire