Banniere Festival de Cannes 2021 sélection quotidiennes critiques

LA SAVEUR DES COINGS

Un manque de background trop criant

Lors de l’enterrement de sa femme, Vasil demande à son fils Pavel de prendre celle-ci en photo dans son cercueil. Celui-ci étant trop hésitant, il finit par les prendre lui même, expliquant ensuite aux invités qu’il veut peindre une allégorie avec la photo de l’enterrement en bas et la photo de leur rencontre en haut. Peu à peu ce père distant commence à voir des signes lui indiquant que sa défunte femme veut communiquer avec lui…

La Saveur des coings film movie

Il faut bien avouer que le fait que "La saveur des coings" arrive en salles seulement quelques semaines après "Mère et fille", ne joue pas en sa faveur, poussant forcément à la comparaison entre une histoire de relation tendue entre une fille et sa mère malade, et ici entre un fils et son père tenté par un délire mystique. Ce qu’on pourra finalement reprocher au présent long métrage est de ne quasiment rien livrer de ce fils, de sa vie ailleurs, ni des raisons du dédain dont fait preuve son père envers lui. Un manque certain de background qui anéantit toute possibilité d’identification et donc de réelle empathie envers les deux personnages.

Restent quelques éléments intéressants en termes de croyances locales bulgares, envers les esprits des morts (vase mystérieusement cassé, appel de l’au-delà…), menant le personnage vers une sorte de médium réputé et une météorite écrasée dans les bois, ainsi que dans une spirales d’agissements peu rationnels. Face à lui, Ivan Barnev ne démérite pas dans le rôle du fils désarmé, incapable de cerner la vraie raison du comportement de son sauvage et incontrôlable de père. Évoquant aussi légèrement en second plan la situation du pays et la corruption, Kristina Grozeva et Petar Valchanov manient également quelques points d’ironie (la prise en stop par… un corbillard) pour tenter de nous sortir d’une léthargie qui guette.

Olivier BachelardEnvoyer un message au rédacteur

BANDE ANNONCE

Bande-annonce LA SAVEUR DES COINGS de Kristina Grozeva et Petar Valchanov from Urban Boutiq on Vimeo.

Laisser un commentaire