Bannière Reflets cinéma ibérique et latino américain 2020

L'APPEL DE LA FORÊT

Un film de Chris Sanders

Un bon petit film d’aventure

La vie de Buck, un chien robuste enlevé à ses maîtres en Californie pour devenir chien de traîneau lors de la fameuse ruée vers l’or dans le Yukon…

L'appel de la forêt film image

Quelques mois après l’adaptation italienne de "Martin Eden", c’est celle d’un autre roman de Jack London qui arrive sur nos écrans, avec une nouvelle version de « L’appel de la forêt », orchestrée par Chris Sanders. L’occasion de faire son premier essai en prises de vues réelles, pour ce réalisateur venant de l’animation ("Les Croods").

On y suit donc la vie tumultueuse et pleine d’aventures de Buck, un chien enlevé à ses maîtres et qui va passer de mains en mains, avant de retrouver son instinct primaire et de ressentir l’appel de la forêt, le tout dans un contexte de ruée vers l’or en Alaska. Si le roman d’origine se voulait bien mature et appuyait beaucoup plus sur le côté darwinien de la vie, la version livrée ici est quand même beaucoup plus lissée et cible un public bien plus jeune.

On adopte donc des standards très disneyens, avec une écriture assez simple et plaisante à suivre, sans réel méchant, et en attribuant à tous les animaux des comportements humains pour faciliter l’empathie du jeune public. Si pour certains ce lissage constitue une vraie faiblesse dans l’histoire (la rendant presque niaise par moment), reste que dans l’ensemble, ce qui nous est proposé n’est pas mauvais en soit. On se prend d’affection pour les différents personnages, les péripéties s’enchaînent bien, et la sensation d’aventure est bien présente, avec notamment quelques séquences mémorables, dont celles des avalanches.

La mise en scène, si elle n’est pas révolutionnaire, reste d’assez bonne facture et met parfaitement en valeur des décors assez somptueux, si l’on arrive à accepter le rendu parfois un peu factice de ceux faits en images de synthèses. Au final on se laisse porter par le film, malgré une vallée dérangeante et un jeu d’acteurs un peu caricatural par moment, mais en accord avec le public visé. S’il ne marquera certainement pas l’année et que certains, notamment connaisseurs du roman d’origine, déploreront la perte de sa noirceur initiale, le film se regarde avec plaisir et pourrait même particulièrement plaire au plus jeunes.

Ray LamajEnvoyer un message au rédacteur

BANDE ANNONCE

COMMENTAIRES

john iordan

dimanche 31 mai - 8h52

The Call of the Wild (2020) is a great family movie. It has all the aspects of what makes kids smile. However, this is not the adaption of Jack London's book that I was looking for. In my opinion, in searching for that feel good vibe, it lost the character that defined the original story.

Laisser un commentaire