Banniere Festival de Cannes 2021 sélection quotidiennes critiques

JIMMY RIVIERE

Et au milieu coule Jimmy Rivière

C’est un grand jour pour Jimmy. Il va se faire baptiser devant toute sa famille et ses amis de la communauté des gens du voyage, basée à Grenoble. Et pour cela, Jimmy a dû tirer un trait sur sa passion pour la boxe thaï et sur Sonia, sa petite copine. Tiendra-t-il longtemps dans cette nouvelle vie ? D’autant plus que son entraîneur de boxe lui propose enfin le match qui pourrait le faire devenir pro…

Le jeune Jimmy Rivière est dans une recherche spirituelle et veut se rapprocher de Jésus-Christ, comme les membres de sa famille et de la communauté des gens du voyage à laquelle il appartient. Ce milieu, le réalisateur Grenoblois Teddy Lussi-Modeste le connaît bien. Il est lui-même issu des gens du voyage. Il pose donc un décor dont il connaît les moindres recoins et dresse le portrait d’un jeune perdu entre ses désirs adolescents et sa nouvelle conversion au pentecôtisme qui l’oblige à abandonner toutes « les passions de ce monde » qui le détournent du Christ.

Quand Jimmy fait le grand écart entre ce qu’on attend de lui et ce qu’il a vraiment envie d’être, c’est le trouble et il s’en va prendre de la hauteur ou il se réfugie dans son camion qui lui sert de maison. Il est souvent dans un autre monde, ailleurs dans ses pensées, des moments que le réalisateur met d’ailleurs parfaitement en images.

Pour son premier long-métrage, Teddy Lussi-Modeste choisit de vraies gueules de cinéma : Béatrice Dalle bien sûr, mais aussi Guillaume Gouix qui interprète le rôle titre avec son physique avantageux, son corps sec et ses yeux bleus clairs étincelants ; la Césarisée Hafsia Herzi qui joue la copine gadjé de Jimmy Rivière, tout feu tout flamme, tel un volcan prêt à entrer en éruption à chaque instant ; et Serge Riaboukine, le verbe haut, qui en impose avec sa stature et sa parfaite éloquence.

Le réalisateur tourne un film aérien (beaux choix musicaux) et lumineux (belle lumière estivale) quand Jimmy aspire à trouver la foi en Jésus-Christ. Au milieu, trois femmes. Celles qui représentent la tentation : son entraîneur (Dalle) qui l’attire vers la boxe thaï et sa petite copine (Herzi) qui dévoile ses plus beaux charmes. La troisième, c’est sa sœur. Celle qui ne cherchera jamais à obliger son frère à faire un mauvais choix de vie, et qui en parallèle vit son propre drame d’amour, en silence, la tête haute.

Un premier film co-écrit avec Rebecca Zlotowski (« Belle épine ») sur la vie en communauté et la difficulté d’afficher ses différences, joliment réalisé et porté par ses comédiens. Le film a reçu le Prix du Public Long Métrage français au Festival européen Premiers Plans d'Angers.

Mathieu PayanEnvoyer un message au rédacteur

BANDE ANNONCE

À LIRE ÉGALEMENT

Laisser un commentaire