Banniere-dossier-Ridley-Scott

IVRE DE FEMMES ET DE PEINTURES

Un film de Im Kwon-taek

Le destin du peintre " Ohwon " Jang Seung-Up qui défia tant les normes de la peinture que celles de la destinée.

Le destin de Jang Seung-Up, jeune roturier, devenu célèbre autant pour son amour des femmes et de l'alcool que pour son don de peintre…

" Un divin talent "… tels sont les mots employés pour évoquer le don de ce roturier devenu maître, Jang Seung-Up dit Ohwon. Min-Sik Choi filme, imagine, rêve la vie de ce peintre coréen dont la vie fit écho aux errances du royaume de Chosun. Né en 1843 et disparu dans de mystérieuses circonstances en 1897, Ohwon fut un peintre reconnu tant pour son mode vie libertin que pour ses talents de peintre.

Ivre, certes, de femmes, également (comment cet homme pourrait-il peindre alors qu'il " ne bande pas " ?), et de peinture, c'est une évidence, car telle fut sa vie, une lutte constante pour peindre, faute de statut social (car comme s'enquiert cet acheteur japonais, comment un roturier peut-il avoir autant de talent ???), faute de moyen, faute d'inspiration, faute de reconnaissance, faute de femmes, faute d'amour… " S'ils trouvaient dans ma peinture ce qu'ils attendent, je serai leur prisonnier "… ainsi s'exprimait Ohwon, en constante quête de renouveau, lassé de copier des pittoresques " fleurs et oiseau " chinois et ainsi se résume sa vie.

Hymne tant magique que tragique à la création, Min-Sik Choi réalise un film d'un esthétisme irréprochable où la peinture et la réalité se confondent : la nature se serait-elle inspirée des œuvres du peintre ??? Tout n'est que beauté : les visages parfaits de ces femmes jalonnant la vie d'Ohwon, ses peintures, ces paysages…

Lisbeth LanversEnvoyer un message au rédacteur

Laisser un commentaire