Banniere Festival de Cannes 2021 sélection quotidiennes critiques

IRMÃ

Se préparer au deuil

Deux sœurs voyagent ensemble en bus. Ana, la plus grande, prend soin de Julia, la plus jeune. Elles voient leur père dans un café. Leur mère leur a demandé de venir. Elle qui est à l’hôpital, alitée, « n’ira pas mieux »…

Irmã film movie

"Irmã" est une œuvre à la vocation rassurante, emplie à la fois d’une forme de bienveillance, d’une souffrance ténue, et d’une sorte de fatalité remaniée pour mieux supporter la réalité : la mort annoncée d’une mère. Il s’en dégage une sorte de douceur, convoquant l’imagination des deux filles autour d’un astéroïde qui menace de tout dévaster sur terre, comme le décès de la mère risque de tout anéantir dans leurs jeunes vies. Construisant les difficiles bases d’un rapport retrouvé avec un père qui a refait sa vie, il dessine ainsi les portraits d’une adolescente en pleins questionnements et d’une petite fille encore trop jeune pour comprendre tous les enjeux qui se nouent autour d’elle.

Formellement le film surprend, notamment de par l’utilisation de multiples canaux pour exprimer les interrogations et détourner la réalité : mots apparaissant a l’écran, superposition d’imagés, paroles du père façon telenovelas, super-pouvoirs imaginaires… Les deux metteurs en scène évitent soigneusement la surdramatisation, offrant divers refuges aux deux jeunes filles. Le film est ainsi ponctué de beaux moments, de complicité (comme le jeu sous les draps qui se transforment en caverne apaisante, ou d’autres passages plus contemplatifs…), ou de tension dénouée (le parallèle entre les cris de la petite et le devenir de l’astéroïde, l’allusion aux dinosaures indestructibles mais disparus…). Étrange fable lorgnant ponctuellement sur le fantastique, "Irmã" crée un cocon autour de ces deux êtres bousculés dans leur fragile équilibre, teinté d’un rose aussi doux qu’inquiétant. A découvrir.

Olivier BachelardEnvoyer un message au rédacteur

BANDE ANNONCE

Laisser un commentaire