Bannière Reflets cinéma ibérique et latino américain 2020

HILL OF FREEDOM

Un film de Hong Sang-soo

Où est passé le petit chien ?

Mori, un japonais se perd à Séoul alors qu'il est venu ici à la recherche sa bien-aimée. S'installant dans une chambre d'hôtes, il rencontre divers personnages...

Les films de Hong sang-soo creusent tous le même sillon. Le spectateur fidèle y retrouvera à chaque fois ses thèmes récurrents : amours triangulaires défuntes et/ou voués à l'échec, complications des sentiments, indécision, éthylisme militant forment désormais sa marque de fabrique.

Ce petit film s'inscrit dans cette veine mais s'en distingue par sa légèreté insouciante, formant comme une bulle de savon inconséquente et fort plaisante dans la filmographie de Hong sang-soo. Ce quasi-film (ou immense court métrage : 66 minutes) sévèrement foutraque prend le prétexte du parcours sentimental d'un japonais perdu à Séoul pour nous entraîner dans une farandole charmante et désordonnée aux accents rohmériens dont on ne retiendra que l'immense plaisir que l'on prend à suivre les aventures improbables de notre héros perdu en terre étrangère à la recherche de sa bien-aimée (croit-il), condamné à échanger avec les personnes qu'il croise dans un anglais d'aéroport, le coréen et le japonais étant par trop éloignés l'un de l'autre.

Cette singularité linguistique sonne comme une métaphore de l'incommunicabilité entre les deux sexes, principalement dès que les sentiments (ou le sexe) s'en mêlent, permettant quiproquo vaudevillesque et course-poursuite improbable. De même, si le film est (comme d'habitude) fort arrosé, entraînant des situations burlesques, la confusion généralisée qui règne ici est dédoublée par la subtile structure narrative du film, la matière filmique de celui-ci n'étant rien d'autre que l'évocation de scènes issues de la lecture rétrospective d'une longue lettre que sa destinataire finale découvre tardivement et que le sort malin a mis dans le désordre, parachevant la confusion du film, à l'image de la confusion des sentiments, thème fétiche du cinéaste.

Dans l'attente de la femme élue, notre héros séjournant dans une guesthouse dans ce Seoul étranger réussira-t-il à la retrouver et à lui déclarer sa flamme ? Le petit chien égaré retrouvera-t-il sa maîtresse ? Autant d’énigmes fondamentales (mais dérisoires) qu'il vous faudra découvrir par vous-mêmes en vous ruant sur ce petit bijou de comédie erratique, aussi courte que rafraîchissante.

Nicolas Le GrandEnvoyer un message au rédacteur

Laisser un commentaire