Parce qu'on en a jamais assez !

HELL

Un film de Tim Fehlbaum

Sous le soleil de Satan

Le monde tel que nous le connaissons n’existe plus. Depuis des années, la surface du globe est brûlée par les rayons du soleil, les terres sont asséchées, désertiques, la nourriture se fait rare. Marie, Phillip et Léonie font route vers les montagnes dans l’espoir d’y trouver un peu d’eau. Ils ne sont pas seuls dans ce cas…

Sortie en DVD et Blu-ray le 13 juin 2012

L’intertitre de cette critique n’est peut être pas très inspiré, mais le titre du film ne l’est pas non plus. Dans un futur très proche, vu que les protagonistes ont encore les mêmes bouteilles d’Evian que nous et écoutent toujours « 99 Luftbalons » de Nena – ce qui en soit est déjà un gros cliché – le soleil est devenu notre ennemi. Les routes sont désertes, il est très difficile de trouver de l’essence et des vivres, et s’entretuer avec la première personne que l’on croise peut devenir une habitude. Vous l’aurez compris, nous sommes en plein scénario post-apocalyptique, chose que ne nous vend absolument pas ce titre passe partout peu inspiré.

Tim Fehlbaum, dont c’est le premier film, ne manque absolument pas de bonne volonté. L’histoire est classique, certes, mais comme le genre se fait de plus en plus rare, tout spectateur friand de ce type de film est prêt à accepter avec indulgence chaque nouvelle proposition. Mais il arrive un point où il faut quand même penser à se démarquer de ce qui se fait déjà et mettre du sien dans son film afin d’ajouter une pierre de plus à l’édifice sans pour autant le renouveler (n’est pas non plus John Hillcoat qui veut).

Situations prévisibles et personnages secondaires peu consistants viennent plombée la progression du trio (ou quatuor) principal, auquel on s’attache dès le début, et dont l’interprétation reste ce qui ressort le mieux du résultat final. Il en est de même pour les scènes d’action qui sont soit désamorcées avant même d’avoir débutées, soient plombées par une réalisation complètement hasardeuse. Quelques bonnes idées sont quand même à noter, comme le sauvetage complètement raté d’un personnage, alors que l’élaboration minutieuse prédisait un succès... Mais le film fait une sortie de route pour son final, absolument pas maîtrisé et frôlant le ridicule.

« Hell » n’est pas un mauvais moment à passer mais reste uniquement appréciable dans un cadre particulier, à savoir sur une chaîne de télévision de seconde zone et difficilement sur un écran de cinéma.

François ReyEnvoyer un message au rédacteur

Laisser un commentaire