Banniere Festival Hallucinations Collectives 2019

HALLOWEEN-2

Un film de
Avec

CONTRE : Niveau -3 - Les bonbons ou la vie

Le moins que l’on puisse dire de lui, c’est que Rob Zombie divise. Passé du black rock (son groupe White Zombie fit trembler les basses dans les années quatre-vingt) au cinéma gore, l’artiste protéiforme est aussi bien reçu par ses fans qu’il est détesté par les autres depuis son premier long métrage, « La maison des 1000 morts ». Après « The Devil’s Reject », l’enfant terrible a donc décidé de s’attaquer à un remake, et pas n’importe lequel : celui du film d’horreur le plus célèbre de tous les temps, « Halloween ». Si l’idée de reprendre le chef d’œuvre de John Carpenter pour approfondir la psychologie de son boogeyman Myers, devenu une véritable icône du film de genre, n’est en soi pas mauvaise, il n’en va pas de même du traitement, volontairement malsain et accidentellement risible.

Autant « La maison des 1000 morts », film plein de choix douteux, pouvait laisser une certaine place au débat, autant cette nouvelle version d’ « Halloween » n’apporte absolument rien au genre. Bourré de poncifs obsolètes depuis vingt ans, filmé n’importe comment, boursouflé de vulgarité gratuite, le produit pondu par Rob Zombie ne s’embarrasse ni d’attirer la sympathie sur ses personnages stupides, ni de respecter son spectateur, qui se sent littéralement dénigré pendant la séance. Il y a pourtant une bonne idée dans ce film : développer l’enfance du tout jeune Michael Myers pour creuser la psychologie de ce gamin métamorphosé en monstre sanguinaire. Mais l’essai, ici, n’est pas transformé, et toute la première partie du métrage (une trentaine de minutes tout de même) tourne rapidement à vide, sans rien apporter de plus au personnage, et donc au film original. C’était bien la peine de déterrer une franchise déjà bien fatiguée…

Anthony MARDONEnvoyer un message au rédacteur

Laisser un commentaire