Banniere_TOP 2020

EYE IN THE SKY

Un film de Gavin Hood

To shoot or not too shoot, that is the question

Après avoir passé 6 ans à traquer deux des plus dangereux terroristes Kényans, la colonelle Katherine Powell a finalement l’opportunité de les capturer et de les faire juger. Cependant, plus la mission avance et plus il apparaît évident que les deux cibles comportent un danger trop important : les terroristes doivent être abattus sur-le-champ. Mais alors que les missiles sont prêts à être lancés, une petite fille s’installe pour vendre son pain… au milieu de la zone de tir. Les grandes figures du pouvoir du monde occidental vont alors essayer de se mettre d’accord autour de cette question morale : tirer et risquer de tuer la petite fille ou ne pas tirer et donner leur chance aux terroristes de faire encore plus de morts...

La question des dommages collatéraux est, de façon assez surprenante, rarement abordée dans les films de guerre (même si de plus en plus souvent dans des films récents, type "Démineurs", "Redacted" ou encore "Good Kill"). Certes, certains diront qu’ "Eye In the Sky" rentre plutôt dans la catégorie des films psychologiques, et pourtant, il touche à un sujet que nous ne connaissons que trop bien aujourd’hui : le terrorisme. Et alors que Gavin Hood aurait pu séparer l’Orient et l’Occident en deux clans distincts, les gentils et les méchants, il a choisi une direction différente. Si le cinéma hollywoodien aime souvent dépeindre nos soldats comme des héros de guerre, le réalisateur sud-africain nous montre une image plus sombre de la réalité des interventions militaires occidentales.

Prendre la décision de sauver une petite fille innocente peut sembler être le choix le plus simple du monde, et pourtant… Eye In the Sky parvient à nous placer dans la même position que celle des grands dirigeants chargés de conduire l’opération, et, tout comme eux, on s’aperçoit qu’il est très difficile de faire les bons choix en temps de guerre. De quoi mettre en doute nos convictions les plus chères… Et même si le personnage d’Helen Mirren fait de son mieux pour prendre la décision la plus raisonnable possible, on a quand même du mal à ne pas éprouver un peu de rancœur envers elle.

Malgré le sujet profond que le film aborde, il nous réserve également quelques moments d’humour très appréciés, ayant avant tout pour but de nous rappeler que ce sont des êtres humains qui dirigent ces conflits : des êtres humains imparfaits et très souvent ridicules. "Eye In the Sky" se trouve être également l’un des derniers films du grand Alan Rickman. On retrouve l’acteur dans le rôle du lieutenant-général Franck Benson, un homme déterminé et un peu dans la lune. C’est un personnage attachant et rassurant… un énième gage du talent incroyable du regretté acteur.

Justine TurchetEnvoyer un message au rédacteur

À LIRE ÉGALEMENT

Laisser un commentaire