Bagniere comedies_confinement-04

ET LES MISTRALS GAGNANTS

Avec

Une leçon de vie

Camille, Imad, Charles, Tugdual et Ambre sont cinq enfants entre 6 et 9 ans atteints de maladies graves. On les suit dans leur quotidien, leur rapport à ceux qui les entourent, leur regard sur la vie et leur maladie. Un film à hauteur d’enfant…

N’y allons pas par quatre chemins, c’est les yeux humides que l’on ressort de ce film, mais avec le sourire et non abattu. Pendant un peu plus d’une heure, c’est une formidable leçon de vie qui nous est donnée par ces cinq enfants atteints de maladies graves. Cinq situations différentes, mais une vision commune de la vie qui les anime, eux qui ne renoncent jamais à leurs rêves et leurs passions.

La caméra reste à leur hauteur et ne les quittent que de courts moments pour des plans sur la nature. Un réel changement s’opère l’instant de 2 minutes, le temps d’une conversation entre la mère d’Ambre et une infirmière à domicile. Mais même si l’enfant n’est pas dans le cadre, la conversation la concerne et c’est la mère qui se fait ici la porte-parole de sa fille. En aucun cas on regrette ce choix de mise en scène car il permet également de voir les gestes du corps médical, les relations avec les parents et de prendre pleinement conscience de la situation de ces enfants sans tomber dans le pathos. On est touché par leurs discours qu’ils manient avec une simplicité rare et notamment le vocabulaire médical de leur maladie et les difficultés de leur quotidien.

La réalisatrice ne sombre jamais dans le voyeurisme et reste pudique dans sa façon de traiter la maladie de ces enfants et leur quotidien. C’est aussi et simplement un documentaire sur l’enfance et l’insouciance qui l’accompagne quand les adultes, eux, sombreraient plus facilement dans la dépression.

Un bémol cependant, on aimerait que ce documentaire dure plus longtemps… ! Malgré son sujet difficile, ce film fait du bien et nous amène à relativiser nos soucis du quotidien, pour profiter de l’instant présent.

Kevin GueydanEnvoyer un message au rédacteur

Laisser un commentaire