Banniere Festival de Cannes 2021 sélection quotidiennes critiques

EPIC

Un film de Chris Wedge

Prouesse technique, faiblesse scénaristique

À la suite du décès de sa mère, Marie-Kate, une jeune adolescente, rejoint son père, un professeur un peu fou persuadé de l’existence d’un peuple minuscule habitant la forêt qui entoure la maison. Boudant au départ les convictions de son père, Marie-Kate se retrouve par magie plongée dans cet univers invisible pour l’homme…

Les créateurs de "L’Age de Glace" et de "Rio" reviennent ici avec une nouvelle animation, se déroulant non pas à l’ère glaciaire mais en pleine forêt cette fois-ci, dans le monde mystérieux des Hommes-feuilles, limaces, escargots et autres insectes parlants. Marie-Kate est une jeune adolescente agacée par les recherches farfelues de son père, persuadé de l’existence de ces créatures minuscules peuplant la forêt. Par magie, Marie-Kate s’y retrouve catapultée. L’enjeu est ensuite assez classique : pour rentrer chez elle et retrouver sa taille normale, la jeune fille va devoir les aider à sauver la forêt.

A la différence de "L’Age de Glace" où on allait de surprise en surprise tant les personnages sont atypiques et la structure du scénario originale, ici on a affaire à un récit nettement plus classique, voire totalement manichéen. D’un coté, les méchants Boggans à dos de chauves-souris souhaitent la mort de la verdure pour l’avènement d’un royaume aride et sinistre ; de l’autre, les gentils Hommes-feuilles montent des colibris et se battent pour préserver l’âme de la forêt. Et pour couronner le tout, l’histoire d’amour entre la jolie Marie-Kate et le maladroit Nod, jeune garçon qui n’en fait qu’à sa tête. En bref, le récit n’a rien d’innovant.

Qu’est ce qu’on apprécie alors ? Les deux personnages que sont Mub, une limace au franc-parler qui se prend pour un séducteur invétéré et son compagnon Grub, un escargot qui rêve de faire partie du corps d’élite des Hommes-Feuilles. Et bien sûr, les prouesses techniques de réalisation. Le royaume de Moonhaven est délicat et magique, les textures et matières sont d’une rare minutie, on s’étonne de tant de réalisme et on salue le travail accompli sur le projet. Un bon moment, une belle réalisation, on aurait juste apprécié que les scénaristes noircissent quelques feuilles en plus au lieu d’en accrocher aux arbres…

Anne-Claire JaulinEnvoyer un message au rédacteur

BANDE ANNONCE


Powered by Preview Networks

Laisser un commentaire