Bannière Festival de San Sebastian 2021

LES ENFANTS DE LA CHANCE

Un film de Malik Chibane

Malade malgré lui

Maurice Gutman, âgé de 12 ans, s’est cassé la jambe en ce mois de juillet 1942. Il est amené à l’hôpital de Garches pour y être soigné. En y allant, il évite de justesse une rafle dans laquelle sont victimes ses proches. À l’hôpital, le docteur Daviel lui apprend qu’il est atteint d’une tuberculose l’obligeant à un long traitement dans la clinique…

Malik Chibane revient sur l’histoire vraie pleine d'émotion de quelques enfants protégés au sein d’un hôpital pendant la Seconde guerre mondiale. Le réalisateur place le spectateur à hauteur des enfants et l’amène vers une réflexion, si ce n’est une remise en question, sur certains passages de l'histoire de France avec les actes ou événements qui la composent, notamment vis-à-vis des responsabilités de l’ennemi et la Collaboration. Mais Malik Chibane ne va malheureusement pas complètement au fond de son sujet, et survole certains thèmes qu’on aurait préférés voir mieux exploiter comme celui de la déportation.

La fantaisie des chansons de dortoir permet d'aiguayer la vie de ces mômes dans un hôpital où il y a bien besoin d'estomper les douleurs morales et physiques de ces chères têtes blondes. Toutefois, d’aucuns trouveront quelque peu désuet ses instants chantonnés par les enfants. Sauf peut-être ces derniers, cible privilégiée pour ce film rempli de bons sentiments et qui a une forte valeur éducative. Bien que dramatique, ce long-métrage pourra éclairer le jeune public sur le sujet grave mais nécessaire de la Seconde guerre mondiale.

En docteur droit et intègre, véritable sauveur d’enfants, Philippe Torreton incarne le pilier de cette histoire vraie. Face à lui, la spontanéité des gamins sonne parfaitement juste alors que la guerre gronde par-delà ce huis clos. Finalement, Malik Chibane dresse un joli récit aux vertus pédagogiques mais qui pêchera par manque de surprises et trop de lourdeurs naïves. Mission à peu près accomplie pour ces "Enfants de la chance"...

David BrejonEnvoyer un message au rédacteur

Laisser un commentaire