Bannière Festival de San Sebastian 2021

ÉCHANGE STANDARD

Un film de David Dobkin

Échange couches-culottes contre petites culottes !

Mitch a une vie dont nombre d’hommes mariés rêvent : il est comédien, passe ses journées à faire du sport et ses soirées au lit avec de jolies filles sans jamais s’engager. Dave a une vie idéalement remplie : sublime épouse, trois enfants adorables (enfin, il faut le dire vite), un job passionnant (idem), plein d’argent et tout ce qui va avec ! Mitch enfilerait bien le costume de Dave qui lui-même bave sur la vie de Mitch. Un soir, en pissant dans une fontaine, ils font le souhait de pouvoir échanger leur vie… Miracle, ça a marché !...

On ne compte plus les comédies américaines avec un postulat de départ qui dépasse l’entendement, d’autant que plus c’est gros plus ça passe (souvenez-vous du jacuzzi pour remonter le temps dans « La machine à démonter le temps ») et que, en plus, cela peut donner de très bons films (le jour qui se répète dans « Un jour sans fin »). Ici, il fallait quand même oser : une fontaine, un vœu, tu pisses dedans et il se réalise !

Voilà donc les esprits de nos deux beaux gosses (Ryan Reynolds et Jason Bateman) qui se réveillent le lendemain chacun dans la peau de l’autre après avoir uriné dans ladite fontaine. Inutile de vous dire qu’au début c’est horreur et affolement, mais que très vite chacun va y trouver son compte et qu’au fil du film cet échange standard va leur permettre de régler çà et là quelques problèmes personnels !

On avait eu « Freaky Friday » qui, sur le même modèle, mettait en scène une mère et sa fille (les excellentes Jamie Lee Curtis et Lindsay Lohan). Aujourd’hui, on a le pendant masculin avec tous les vices et le trash que cela entraîne ! Soit, une comédie à la Judd Apatow comme il est de bon ton d'en faire ces dernières années, même si le monsieur n’y est pour rien cette fois-ci. N’empêche qu’il laisse des traces et pas que dans le slip. Car oui, vous n’y échapperez pas ici non plus, toute comédie américaine qui se respecte doit montrer du caca. Jason Bateman en a certainement encore le goût à la bouche !... Pipi dans la fontaine, caca dans la bouche, ça c’est fait on peut cocher !

Le ton vous l’aurez compris est totalement irrévérencieux. Femme enceinte qui ne pense qu’à coucher, tournage d’un film lorno - le nouveau porno soft sans sortir le kiki mais avec le pouce c’est tellement plus smart -, bref du sexe mais sans jamais en montrer (comédie familiale oblige). Car dans « Échange standard » on verra tout au plus Ryan Reynolds embrasser du bout des lèvres un mec "tue l’amour" ainsi que Jason Bateman à poil se cachant l’entrejambe en découvrant qu’il a trois testicules, sans compter de nombreux plans sur de nombreuses poitrines féminines bien portantes voire bien gonflées. Le film a de quoi faire rire (oui, n’ayez pas honte !) ou séduire sans froisser le puritanisme et le comité de censure américains.

Ainsi, alors qu’ils en rêvaient tous les deux, c’est ceinture pour Mitch et Dave qui se voyaient déjà au lit avec plein de nanas. Mais non, Mitch en Dave passera ses journées et débuts de soirées à travailler au bureau comme jamais et Dave en Mitch profitera des grasses matinées et du temps libre pour faire du roller. Le message est passé : ta femme tu ne tromperas point et la femme de ton pote tu ne sauteras pas.

Mis à part, ce manque cruel de couilles, il faut bien le dire, « Échange standard » nous réserve un beau numéro d’acteurs de la part des deux comédiens principaux. Jason Bateman, très coquet et qui n’a pas un mot au-dessus de l’autre, se lâche verbalement devant patrons, collègues, femme et enfants. Ryan Reynolds, pour sa part, a obtenu le plus difficile des deux rôles car en prenant l’esprit de Dave il récupère aussi ses manières et ses attitudes physiques. Sa gestuelle change donc radicalement et c’est un pur bonheur de le voir lutter dans un corps qui ne lui correspond pas.

On rit ainsi souvent de bon cœur aux situations de l’un et de l’autre grâce à un rythme comique soutenu assez efficace. Dommage que le film ne franchisse jamais la barre du politiquement correct... On aurait bien fait un échange standard avec une bonne comédie qui va au fond des choses plutôt que de garder celle où la morale est sauve.

Mathieu PayanEnvoyer un message au rédacteur

BANDE ANNONCE




Powered by Preview Networks

Laisser un commentaire