LE DERNIER TRAPPEUR

Un film de Nicolas Vanier

Quand « Ushuaïa » rencontre « Croc-Blanc » !

Comme le titre du film l'indique presque, Norman est un des derniers trappeurs du Canada. Il vit dans la nature du Yukon avec sa compagne indienne et ses chiens de traîneau. Au programme : chasse, pêche et traditions...

Autant l'affirmer tout de suite : Nicolas Vanier n'est pas fait pour réaliser des fictions ! S'il est un excellent aventurier qui peut être palpitant dans ses récits écrits, voire ses documentaires, là, ça ne marche pas ! Alors évidemment les images sont splendides, l'utilisation régulière des hélicoptères, grues et travellings nous plonge dans une sorte de « Peuple migrateur » version trappeur au Canada, et le message écologique est louable car il essaie de balayer certains clichés et d'expliquer ce qu'est vraiment une mentalité écologique (être contre la chasse à 100% ne l'est pas, par exemple !). Malheureusement, ce qui relève bel et bien du cliché, c'est tout ce qu'il y a de fictionnel dans le film.

Contrairement au récent « Histoire du Chameau qui pleure », l'équilibre docu-fiction n'est pas établi. On aurait préféré un véritable documentaire car les éléments fictionnels n'apportent rien sinon quelques sourires un peu moqueurs. Oui, moqueur, le spectateur le sera malgré lui face à la naïveté de certaines séquences, face au vide infernal des dialogues, face à l'affreux doublage qu'on nous impose, ou encore face au pseudo-sentimentalisme "hollywoodesque" de la plupart des éléments de fiction. Sans parler des quelques passages clippés sur fond de « By the rivers dark » de Leonard Cohen ! On regrettera d'autant plus le côté documentaire que son message ne peut qu'être effleuré dans des conditions de mise en scène pareilles. Dommage, l'intention et les images étaient belles…

Raphaël JullienEnvoyer un message au rédacteur

À LIRE ÉGALEMENT

Laisser un commentaire