Banniere_Face_a_Face_2022

DANS LES YEUX DE THOMAS PESQUET

Très beau mais très frustrant !

Ce documentaire nous fait revivre la première mission de Thomas Pesquet dans la Station spatiale internationale, en 2016…

Dans les yeux de Thomas Pesquet film documentaire documentary movie

ATTENTION : Ce documentaire est distribué au sein d’un programme d’1h environ (intitulé "Dans les yeux de Thomas Pesquet et autres aventures spatiales"), où il est précédé d’une sélection de courts métrages au contenu variable selon les cinémas (voir liste en fin de critique).

On ne compte plus les documentaires et reportages sur Thomas Pesquet, véritable star française de l’espace depuis sa première mission à bord de la Station spatiale internationale (ISS) en 2016. Pierre-Emmanuel Le Goff et Jürgen Hansen, coréalisateurs de "Dans les yeux de Thomas Pesquet", n’en sont eux-mêmes pas à leur premier film sur le spationaute, avec entre autres "16 levers de soleil" en 2018 pour le premier (qui est par ailleurs créateur de la société La Vingt-Cinquième Heure) ou "Thomas Pesquet, l’étoffe du héros" en 2019 pour le duo.

Par ailleurs, si "Dans les yeux de Thomas Pesquet" atteint en 2022 les salles « classiques », ce n’est pas vraiment une nouveauté car il a déjà été projeté au Futuroscope et dans diverses salles IMAX dès 2018. Voir ce film sur un écran « normal » peut donc s’avérer un chouïa frustrant, d’autant qu’il nous est évidemment présenté sans que le commentaire nous précise qu’il évoque la première mission de Pesquet – la deuxième s’étant en effet déroulée en 2021. Il en résulte un certain flottement durant les premières minutes, ce qui contribue à rendre décevant une introduction poussive.

Ce début illustre en fait l’incapacité permanente de ce court métrage à trouver un équilibre entre plusieurs objectifs qui s’entrechoquent. La dimension pédagogique est l’aspect le plus faible, donnant lieu à une mise en scène parfois très didactique qui casse le rythme et affaiblit les autres tonalités du film. De même, on regrette vite le choix de Marion Cotillard au commentaire, tant l’actrice livre une narration plate et rébarbative, ne s’avérant jamais à la hauteur du potentiel d’un sujet pourtant passionnant. Pour l’aspect pédagogique, on conseillera plutôt de se reporter sur l’excellente BD de Marion Montaigne, "Dans la combi de Thomas Pesquet" (2017), à la fois précise, fine et drôle.

Heureusement, "Dans les yeux de Thomas Pesquet" propose également des images à couper le souffle, des passages d’une grande poésie et des réflexions adéquates sur l’écologie et la nécessité impérieuse de préserver notre belle planète. Malheureusement, alors qu’on parvient progressivement à être happé par le film, voilà qu’il s’achève aussi brutalement qu’il n’avait commencé.

Liste des courts métrages potentiellement projetés en avant-programme :

* "Johnny Express" de Woo Kyungmin
* "Voyage dans la Lune" de Georges Méliès
* "Le Goût framboise" de David Noblet
* "Gagarine" de Fanny Liatard et Jérémy Trouilh
* "Sidéral" de Carlos Segundo

Raphaël JullienEnvoyer un message au rédacteur

BANDE ANNONCE

À LIRE ÉGALEMENT

Laisser un commentaire