Parce qu'on en a jamais assez !

COMMENT SAVOIR

Un film de James L. Brooks

Pour le pire et pour le pire

Lisa est une grande athlète, la meilleure de son équipe de baseball féminin professionnel. Malheureusement, passé 30 ans, un nouveau coach décide de la renvoyer, et elle se retrouve seule face à beaucoup d’incertitudes. De son côté, Georges, fils d’un grand chef d’entreprise, se retrouve lui aussi licencié à cause des fraudes de son père. Ces deux âmes paumées vont se rencontrer, et apprendre à s’apprivoiser dépourvues de tout ce qui les définissait…

Avec Reese Witherspoon à l’affiche d’une comédie romantique, on repense tendrement à sa performance dans « Walk the line », dans « La revanche d’une blonde », ou dans « Sex Intentions », et pour certains elle est un gage de comédie mignonnette mais pas potache. Malheureusement, pour jouer son petit copain sportif professionnel, on retrouve Owen Wilson, et dans le rôle du prétendant, Paul Rudd. Les choses se corsent. Si on ajoute à cela une histoire qui tient à peine debout, et dont le spectateur se désintéresse en moins de 20 minutes… on obtient une piètre comédie romantique qui n’a ni le mérite d’attendrir, ni même celui d’agacer.

Dans ce joyeux micmac erre Jack Nicholson, dont la présence peut paraître plus que surprenante dans un tel navet. On imagine aisément que la raison pour laquelle il a accepté de faire ce film, est la présence aux commandes du réalisateur, James L. Brooks. Après tout, il lui doit bien ça : grâce au film « Pour le pire et pour le meilleur », Jack Nicholson avait reçu un Golden globe et un Oscar du meilleur acteur ! Si vous pensez trouver réponse à la question « Comment savoir ? », vous ne la trouverez pas dans ce médiocre essai de « romcom », duquel on ressort pantois.

Véronique LopesEnvoyer un message au rédacteur

BANDE ANNONCE

Laisser un commentaire